Džore Držić

Publié le 19 Juin 2013

Džore Držić, poète et dramaturge

Né le 6 février 1461 à Dubrovnik.

Recteur de l'Eglise de Tous-Les-Saints de Dubrovnik, chancelier du chapitre de la ville, et oncle du grand dramaturge Marin Držić, ce contemporain de Marko Marulić - lequel deviendra par la suite le poète national incontesté des Croates - est l'auteur de la première oeuvre jamais écrite sous la forme linguistique qui deviendra la langue officielle de la Croatie.

Sa poésie puise ses sources dans les racines profondément humanistes du personnage et se caractérise par des qualités telles que la délicatesse et la spiritualité. Ses poèmes d'amour par exemple sont bien différents de ceux de son aîné et éternel rival, Šiško Menčetić. Sous le nom de "Pjesni ljuvene / Poèmes d'Amour", ils furent très populaires à Dubrovnik. A l'époque où l'aristocrate et écrivain Nikša Ranjina décida d'ouvrir sa collection de manuscrits aux poèmes d'amour écrits par de jeunes citoyens de Dubrovnik, Džore Držić était mort depuis six bonnes années. Mais cela n'empêcha pas Ranjina de commencer sa quête par ses oeuvres. Ce qui prouve qu'on continuait à les réciter et qu'on ne les avait pas oubliés.

Il faut dire qu'ils sont très faciles à se rappeler. Certains d'entre eux vont au-delà du style rhétorique de la poésie pétrarquisante. Leurs vers pleins de grâce et de chaleur, qui se souviennent des vieilles chansons du pays, sont infiniment supérieurs à presque tout le reste des "Miscellanées de Ranjina", la plus ancienne collection de poésie lyrique et pétrarquienne de Croatie. De nos jours, on tient "Odiljam se / Je M'En Vais", poème plein de grâce et de raffinement, en vers de seize syllabes, comme le meilleur de tous : à la fois simple et chaleureux, il rappelle en outre la bugarštica, sorte de ballade épique très en faveur chez les Croates et les Serbes jusqu'au XVIIIème siècle.

De Džore Držić, on citera aussi l'églogue "Radmio et Ljubmir", découverte assez récemment et qui date de la fin du XVème siècle. Il s'agit de la première pièce croate ayant un thème profane et elle ouvre, bien évidemment, une nouvelle période pour le théâtre croate. On peut donc assurer sans exagération que Džore Držić fut aussi le père du théâtre moderne de langue croate.

Džore Držić est mort à Dubrovnik, le 26 septembre 1501. De nos jours, les Croates le considèrent comme l'un des Pères de leur littérature nationale.

Source : http://notabene.forumactif.com/t10930-dzore-drzi263

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Ecrivains

Repost 0
Commenter cet article