Articles avec #france-croatie tag

Publié le 20 Septembre 2017

Guerre en Croatie: plaque commémorative pour un journaliste français


 

La Croatie a inauguré mardi une plaque commémorative à Petrinja, près de la capitale Zagreb, où le journaliste français Pierre Blanchet, a été tué pendant un reportage au début de la guerre serbo-croate (1991-95).

Mort il y a 26 ans, Pierre Blanchet (47 ans), qui travaillait pour l'hebdomadaire, le Nouvel observateur, est mort à Petrinja (60 km au sud-est de Zagreb) le 20 septembre 1991 quand son véhicule a sauté sur une mine antichar.  

Le maire de Petrinja, Darinko Dumbovic, a inauguré mardi cette plaque sous forme de livre ouvert rendant hommage au journaliste français dans les deux langues, le croate et le français. Cette plaque a été installée à l'initiative de l'Association des journalistes croates. 

L'association a annoncé son intention de mettre en place des plaques semblables à la mémoire de tous les journalistes étrangers et locaux tués pendant le conflit serbo-croate. Au total, une vingtaine de journalistes croates et étrangers ont été tués au cours de cette guerre. 

La proclamation en 1991 par la Croatie de son indépendance a provoqué une guerre avec les séparatistes serbes, soutenus par Belgrade. Le conflit a fait quelque 20.000 morts.


 

Source : lexpansion.lexpress.fr, le 19 septembre 2017.

 

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 20 Juin 2017

Des catholiques croates en conflit avec l'archevêché de Paris 


 

L’ABCMC, association loi 1901 agissant au nom de la communauté catholique croate, doit quitter l’église de Saints-Cyrille-et-Méthode qu’elle occupe illégalement depuis dix ans.

Une partie des paroissiens croates accuse l’archevêché de Paris de vouloir « expulser ses frères catholiques ».

« Chrétiens croates expulsés par le diocèse de Paris. » Les banderoles exhibées par les paroissiens de Saints-Cyrille-et-Méthode venus manifester dimanche 18 juin, rue Bagnolet à Paris, ont frappé les esprits. Installée depuis 1990 dans cette église du vingtième arrondissement, la mission catholique croate, représentée par une association de loi 1901 (ABCMC), vient de faire l’objet d’une décision de justice confirmant en appel son expulsion et le paiement d’une somme d’argent au titre de l’indemnité d’occupation.

« Nous sommes interloqués, déçus et choqués que des frères catholiques se comportent ainsi envers d’autres catholiques », s’insurgent dans un texte adressé à La Croix des paroissiens de la mission croate. « A l’heure où des églises se ferment faute de paroissiens, faute d’entretien, des catholiques qui ont reconstruit une église sur leurs propres deniers et l’ont entretenue, l’ont fait vivre, se font expulser comme des malpropres par leurs frères catholiques, poursuivent les rédacteurs. C’est inadmissible. »

Un bail signé en 1990 pour 17 ans

Pour comprendre cette situation, il faut remonter à la fin des années 1980 lorsque le cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, décide d’attribuer à la mission catholique croate – présente en France depuis 1954 – une église et des locaux plus adaptés à la croissance de la communauté. Son choix se porte sur l’église Saints-Cyrille-et-Méthode, construite dans les années 1930 juste en face de l’église Saint-Germain de Charonne.

Pour encadrer juridiquement l’opération, une convention est signée entre l’archevêché de Paris et l’Association de bienfaisance culturelle de la mission croate (ABCMC), fixant la durée d’occupation des lieux à 17 ans. Les travaux réalisés sont pris en charge à moitié par l’archevêché, l’autre moitié par l’association.

« Mais avec le temps, les tensions se sont accumulées autour des questions matérielles, explique Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris. Au terme des 17 années d’occupation, la convention n’a donc pas été renouvelée mais l’association ne l’a jamais accepté et continue de se conduire en propriétaire des lieux. »

Malgré deux jugements défavorables, une partie des paroissiens emmenés par l’ABCMC accuse toujours les catholiques parisiens de vouloir chasser leurs « frères croates ».

La mission catholique croate autorisée à poursuivre ses activités

« C’est de la calomnie, se désole le P. Rémi Griveaux, curé de Saint Germain de Charonne. Il n’a évidemment jamais été question de mettre les Croates dehors ! Nous sommes en présence d’une association civile loi 1901, l’ABCMC, qui s’est arrogée un pouvoir énorme et prétend représenter l’ensemble des catholiques croates. »

Malgré le non-renouvellement de la convention et les décisions de justice, les messes continuent d’être célébrées à Saints-Cyrille-et-Méthode et les enfants croates y sont toujours catéchisés. La paroisse Saint-Germain de Charonne entend cependant retrouver la pleine maîtrise des locaux tout en continuant de permettre à la mission catholique croate d’y tenir ses activités.

« En récupérant ses locaux, la paroisse Saint-Germain ne pourra que retrouver une certaine vitalité, poursuit le P. Griveaux. Quant aux Croates, il est important qu’ils comprennent qu’on ne leur vole rien. Pour ma part j’ai toujours distingué entre les fidèles de la paroisse et l’ABCMC qui aurait dû agir autrement. »

Au plan canonique, la mission catholique croate est représentée par un aumônier, le P. Tomislav Kraljevic, un religieux dominicain, nommé par l’archevêque de Paris sur proposition des évêques croates.


 


 

Par Samuel Lieven

Source : la-croix.com, le 20 juin 2017.



 

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 11 Mai 2014

Inauguration du Centre de réussite universitaire (CRU) de l’Université de Zagreb 


 

Le Centre de réussite universitaire de l’Université de Zagreb a été inauguré le lundi 14 avril 2014 par le Directeur du Bureau Europe centrale et orientale de l'AUF, Monsieur Abderrahmane Rida, le Recteur de l'Université de Zagreb, Monsieur Aleksa Bjelis et le Doyen de la Faculté de Philosophie et lettres, Monsieur Damir Boras.

 

 

Dans les allocutions d'ouverture ont été soulignés la tradition francophone de l'université, l'importance de l'enseignement du et en français ainsi que la modernisation des méthodes d’enseignement.

Madame Bogdanka Pevelin Lesic, Directrice de la chaire de français, a évoqué les colloques internationaux francophones organisés à l'Université de Zagreb depuis 2010. Madame Ivana Franic, coordinatrice du CRU a exposé les missions du centre ainsi que les activités prévues dans l'avenir. Madame Magali Rouet, lectrice de français, a présenté les enjeux de l'enseignement du français sur objectif universitaire.

Mademoiselle Martina Jurki a pris la parole de la part des étudiants pour témoigner de l'utilité du centre et présenter les activités qu'ils envisagent de mener à court terme. La cérémonie d'est déroulée en présence de SE Madame Michèle Boccoz, Ambassadeur de France en Croatie, SE Madame Louise LaRocque, Ambassadeur de Canada en Croatie, Madame Vladislava Iordanova, Chef de mission de l'Ambassade de Royaume de Belgique et Madame Nouzha Sahel, Conseillère de communication et culture de l'Ambassade du Royaume du Maroc en Croatie.

Y ont également participé, par visioconférence, des représentants du Bureau Europe centrale et orientale de l'AUF à Bucarest et du Campus numérique francophone de l'AUF à Tirana.

Les étudiants et les enseignants de l'Université de Zagreb ainsi que les représentants de la presse ont pu découvrir les installations du centre (visioconférence, tableau blanc interactif) ainsi que les affiches interactives présentées lors de la cérémonie d'inauguration.

Dans une ambiance festive, les nombreux participants à la cérémonie d'ouverture ont pu écouter des chansons de Georges Moustaki interprétés par le professeur Zdravko Dovedan, un récital de piano des étudiants de français, ainsi que le Chœur d’étudiants francophones.

Installé à la Faculté de Philosophie et de lettres, le CRU de l’Université de Zagreb est coordonné par Madame Ivana Franic et Monsieur Marinko Koscec et fait partie d'un réseau régional de Centres de réussite universitaire en ECO, projet initié par le BECO-AUF, dont la durée s'étale sur quatre ans (2012-2015).

Un CRU a comme objectif spécifique la mise en place dans l'université bénéficiaire d’espaces didactiques convenablement aménagés, dotés de ressources pédagogiques et d’équipement technique de pointe, afin de moderniser les enseignements, d’accroître l’attractivité de l’offre universitaire francophone et d’augmenter la visibilité des actions francophones locales.

Durant la phase d'implémentation le BECO participe à l’aménagement de la salle en assurant des dotations techniques et documentaires. Il assure par ailleurs la formation des responsables à l’exploitation et à la gestion de ces espaces.

Durant la deuxième phase, dite d’exploitation, le BECO anime le réseau en créant des conditions favorables aux échanges et propose des activités-types à organiser. Il dote annuellement les centres de ressources didactiques classiques et innovantes et organise annuellement des sessions de formation continue des animateurs à travers des regroupements ou des missions de perfectionnement.


 


 

Source : http://www.auf.org/bureau-europe-centrale-et-orientale/actualites-regionales/inaugureussite-universitaire-c/


 


 

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2014

Accord universitaire entre Toulouse et la Croatie

 

 

L’Institut National Polytechnique (INP) de Toulouse va signer un 1er accord interuniversitaire avec la Croatie. Cet accord va rapprocher l‘université de Zagreb du réseau des écoles d’ingénieurs réunies sous la bannière INP Toulouse. La signature de cet accord européen aura lieu la semaine prochaine à Toulouse en présence de son Excellence Ivo Goldstein, ambassadeur de la République de Croatie et de Monsieur Farre, consul honoraire de Croatie à Toulouse. Antonija Misura (joueuse de basket croate emblématique du Toulouse Metropole Basket) sera l’Invitée d’Honneur de cette journée franco-croate.

Pour célébrer ce nouveau partenariat, une exposition intitulée « Les phares de l’Adriatique » est exposée dans le hall d’entrée de l’INP-ENSIACET, qui présente des photographies des phares de Croatie prises par 29 photographes croates ou internationaux, professionnels ou amateurs, en présence d’un représentant du mécène de l’exposition : l’exposition sera visible jusqu’à fin février dans le hall de l’INP-ENSIACET.

 

 

Source : toulouse7.com, le 22 janvier 2014.

 

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2013

L'Association croate des professeurs de français

Fondée en 1993, l’Association Croate des Professeurs de Français est une organisation professionnelle indépendante sans but lucratif, non-gouvernementale et apolitique. Elle regroupe des enseignants des écoles maternelles, du primaire et du secondaire unis dans la poursuite d’objectifs communs.

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 19 Septembre 2013

Le Club d'affaires Franco-Croate

 

Le Club d’affaires Franco-Croate a été inauguré en avril 2012 à la Résidence de France à Zagreb, en présence du Premier Vice PM croate.

À cette occasion, le Président élu du Club et directeur général de Bina-Istra, M. David Gabelica, s’était félicité de « la première initiative de ce genre à Zagreb ». Après avoir souligné que les 60 entreprises françaises présentes en Croatie emploient environ 8000 personnes, il avait appelé les sociétés croates à présenter au Club leurs projets de coopération. Le premier Vice PM avait affirmé que « toutes les sociétés françaises présentes en Croatie développent avec succès leurs grands projets », et s’était félicité de la signature du contrat de concession pour l’aéroport de Zagreb entre le gouvernement croate et le consortium français ZAIC.

Depuis lors, le Club d'Affaires Franco-Croate a développé ses activités. Il dispose d'un site Web, et s'apprête à créer un secrétariat permanent qui pourrait servir de plateforme commune avec Ubifrance.

 

***

 

Le Club d’affaires franco-croate (CAFC) a signé le 11 septembre 2013 une convention de coopération avec l’agence Ubifrance en vue de la mise en œuvre d’une plate-forme commune en Croatie avant la fin 2013, en vertu de laquelle le futur nouveau directeur général du CAFC travaillera à mi-temps avec Ubifrance, sous le pilotage du bureau Ubifrance d’Athènes, compétent pour la région, et en liaison avec l’Ambassade de France en Croatie et son service économique.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 8 Juillet 2013

Un Réunionnais à Zagreb

De formation juridique, il commence sa carrière à la Ville de l’Etang-Salé, avant de rejoindre le Conseil Général de la Réunion. Par la suite, il se spécialise dans la gestion des fonds structurels européens à l’AGILE, dont il assure la direction de 1995 à 1998. Puis il poursuit sa carrière en métropole, au Conseil général des Pyrénées Atlantiques. En 2003, il part travailler en Europe centrale pour apporter un appui technique dans le processus d’adhésion des pays d’Europe centrale et orientale. Enfin en 2010, il est nommé Conseiller de coopération et d’action culturelle, et Directeur de l’Institut français à Zagreb pour le Ministère des Affaires Étrangères.

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 22 Juin 2013

Raymond Warnier

 

 

L'histoire des instituts français s'inscrit également dans un autre registre. Ainsi faut-il dire que derrière les chiffres sommaires qui nous rendent comptent des différentes activités de ces établissements se cache une histoire vivante mais souvent méconnue illustrée par les parcours individuels des intellectuels français et yougoslaves. Cette page des relations culturelles entre les deux pays dépasse les limites d'une diplomatie culturelle. Or, elle enrichit encore notre image.

La première observation porte naturellement sur le destin de ces jeunes agrégés et professeurs français qui font partie des projets ambitieux de la diplomatie culturelle. Pour n'aborder que quelques exemples les plus importants, notre choix privilégie d'abord les itinéraires de Raymond Warnier et Jean Dayre, les figures centrales de l'Institut français de Zagreb. Véritables âmes de cet Institut entre 1922 et 1947, ils sont les dirigeants dévoués de l'établissement qui traverse le chemin des débuts difficiles à une position visible et importante dans la vie culturelle de Zagreb à la veille de la Seconde Guerre mondiale. De plus, sensibles aux échanges culturels, ils sont à l'écoute de la modernité culturelle en Croatie. Warnier s'initie ainsi dans le cercle de jeunes peintres réunis autour du groupe "Zemlja" [La Terre]. Or, c'est grâce à ses efforts et recommandations que beaucoup d'artistes de cette partie du pays continuent leurs études en France. Le succès qui est remarqué dans la société zagréboise est resté dans la mémoire encore aujourd'hui. On le voit également dans les salons littéraires tel le salon d'Irina Alexander (Jean Dayre y sera également) qui accueille entre autre Miroslav Krleža. L'homme de recherche, Warnier se donne avec dévouement à l'étude du passé croate et yougoslave au XIXe siècle, se consacrant aux phénomène de l'illyrisme, de l'idée yougoslave dans le passé, mais également à la littérature et la civilisation yougoslave [1]. L'ampleur de ses activités ne s'arrête pas là. Conférencier de qualité, il enflamme son public soit à Zagreb soit dans les provinces. En outre, il introduit les causeries françaises à la Radio de Zagreb. Même après son départ pour Lisbonne en 1935, les liens avec ce pays ne sont pas coupés. Il intervient, par exemple, en bon patriote français contre la propagande allemande en Croatie.

 

[1] Il collabore dans de nombreuses revues dont notamment l'Europe centrale, Cahiers du Sud, Gazette des Beaux-Arts. Parmi ses écrits, il faut souligner Mechtrovic et ses oeuvres récentes (1930), Coup d'oeil sur la littérature dalmate (1932), L'Adriatique slave (1932), Notes de civilisation yougoslave (1934), Illyrisme et nationalisme croate (1935). Sa thèse de doctorat intitulée L'esprit public et le problème national en Croatie au XIXe siècle, accompagnée par une deuxième thèse sur les Documents inédits sur la révolution de 1848 en Croatie, reste, à notre connaissance, un travail inachevé.

 

par Veljko Stanic

Source : Les Instituts français de Yougoslavie à l'époque de l'entre-deux-guerres

 

 

 

À l'occasion de l'exposition consacrée à Rodin au Pavillon des Arts et à l’Atelier Meštrović, est présentée en parallèle une partie de l’œuvre critique de Raymond Warnier sur Ivan Meštrović à la médiathèque de l'Institut français.


 

Raymond Warnier (1899 – 1987) a réalisé une carrière exceptionnelle dans la diplomatie culturelle française. Parmi ses activités, il faut notamment souligner son engagement pour la coopération entre la France et la Croatie. Il a été le premier professeur contractuel de français à l’Université de Zagreb (de 1921 à 1935), le fondateur de l’Institut français de Zagreb, et son premier directeur (1921 – 1935).

 

Il était ami avec de nombreux artistes croates, en particulier les jeunes artistes réunis autour du groupe « Terre » (Zemlja). En outre, il attribuait les bourses du gouvernement français aux artistes croates pour leurs formations à Paris. En 1930, il a organisé au Pavillon des Arts à Zagreb une exposition importante sur l’art contemporain français et ses textes sur l’art yougoslave ou croate, l’histoire et la civilisation ont laissé une trace profonde. Il a collaboré avec de nombreux magazines tels que « l’Europe centrale », « Cahiers du Sud », « Gazette des Beaux-Arts », etc.

 

Parmi les liens qu’il a noués en Croatie, il convient de mentionner sa longue amitié avec le sculpteur Ivan Meštrović (1883-1962). Warnier était un grand connaisseur et promoteur de son travail. Il organise une exposition rétrospective du sculpteur en 1933 à Paris, au Jeu de Paume. Raymond Warnier a écrit la préface du catalogue de cette exposition.

 

Warnier a également fait en sorte que les sculptures de Meštrović entrent au musée du Jeu de Paume à Paris (maintenant dans la collection du musée Centre Pompidou). L’une de ces œuvres, Studija za zahvalnost Francuskoj (Étude pour la reconnaissance à la France, Zagreb, 1930) en bronze en fait partie. Le plâtre était dans la propriété de Warnier, puis a été donné en 1972 à l’atelier Meštrović. Il est une étude pour le monument qui a été érigé en 1930, à Belgrade (Kalemegdan), comme un signe de reconnaissance à la France pour son aide au peuple et à l’armée serbe au cours de la Première Guerre mondiale. Grâce à ce projet, ainsi que d’autres relations avec la France, Meštrović a reçu l’Ordre de Commandeur de la Légion d’Honneur en 1930.

 

Après la mort de Meštrović en 1962, Raymond Warnier a gardé des contacts avec le personnel de l’Atelier, et sa première directrice, Vesna Barbić. Dans ce musée, sont conservées ses archives et également des articles sur Ivan Meštrović. À l’occasion de l’exposition en cours Rodin u Meštrovićevu Zagrebu (Rodin dans le Zagreb de Meštrović) au Pavillon des Arts et à l’Atelier Meštrović, est présentée en parallèle une partie de l’œuvre critique de Warnier consacrée à Ivan Meštrović à la médiathèque de l’Institut français, ainsi que d’autres publications qui témoignent de ses efforts dans le développement d’une coopération culturelle franco-croate qui continue encore aujourd’hui, ainsi que le célèbre Studiju za zahvalnost Francuskoj, de la collection de l’Atelier Meštrović.

 

 

Texte de Barbara Vujanović, historienne de l’art et membre de l’Atelier Meštrović, a participé à la mise en place de l’exposition Rodin au Pavillon des Arts à Zagreb

 

 

Source : http://rendez-vous.hr/fr/calendrier/

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 1 Mars 2013

Eurocampus, deux écoles sous un même toit

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0

Publié le 6 Février 2013

L'Alliance française de Zagreb

 

 

Le 25 octobre 2012, au théâtre Gavella de Zagreb, le Président de la République, M. Ivo Josipović, le secrétaire général de la Fondation Alliance française, M. Jean-Claude Jacq, la présidente de l’Alliance française de Zagreb, Mme Jagoda Lukavac et Mme Ina Pouant, attachée culturelle à l’Ambassade de France, ont célébré le parcours exceptionnel de l’Alliance française de Zagreb au cours d’une fête chaleureuse et émouvante.


Fondée en 1952 sous le nom d’Association d’amitié Yougoslavie-France, alors que le Gouvernement de Tito avait décidé d’interdire aux autres établissements étrangers de dispenser tout enseignement, cette association fut le relais de l’Institut français de Zagreb, créé en 1922, pour l’enseignement de la langue française. Les antennes de l’association dans chacune des Républiques yougoslaves décidèrent de se scinder en 1987, préfigurant ainsi à leur manière l’éclatement de la Yougoslavie, l’antenne croate devint Alliance française. Elle accueille aujourd’hui près de 1300 élèves, chiffre exceptionnel eu égard à la population de la ville de Zagreb et de sa périphérie (800 000 habitants), alors même que les nombreuses écoles de langue de la ville proposent aussi un enseignement du français.


La chaleur et l’intérêt qu’a manifestés le président Josipović a contribué à la très bonne couverture médiatique de l’événement. Des reportages ont été diffusés à la radio et à la télévision sur l’événement. Le secrétaire général de la Fondation Alliance française a pu constater la solidité des liens que l’établissement a su tisser avec ses élèves et ses partenaires, toutes générations confondues.

 

 

Source : latitudefrance.org, le 25 octobre 2012.

 


Voir les commentaires

Rédigé par brunorosar

Publié dans #France-Croatie

Repost 0