Krešo Rakić

Publié le 24 Avril 2015

Krešo Rakić

 

L'école élémentaire Krešo Rakić dans le quartier de Trnsko a été construite entre 1963 et 1969 sur base des plans des architectes Radovan Nikšić et Edo Šmidihen. De même que les autres écoles de Zagreb elle a été rebaptisée sans autre explication dans les années 1990. Le buste de Krešo Rakić a été retiré. L'ancien nom de l'école en souvenir du héros national Krešo Rakić (1919-1941) ne figure plus sur la page internet officielle de l´école.

Bien que né à Metković, Krešo Rakić fut l'un des participants les plus actifs de la résistance zagréboise.

Dès la fin du mois de mai 1941, il compte parmi les organisateurs des manifestations d'élèves du secondaire s'opposant à la politique nationaliste des oustachis. Il organise aussi la distribution de tracts dans les écoles et l'inscription de slogans antifascistes dans la ville. Rapidement il devient le chef d'une troupe de choc et met au point plusieurs actes de sabotage à Zagreb. A la mi-juillet il participe à l'évasion du groupe de prisonniers du camp d'internement de Kerestinec. Le même mois, lui et son groupe boutent le feu au stade de Maksimir dont les matériaux étaient prévus pour la construction d'un camp. Au début du mois d'août il prend part à l'action du Parc botanique lorsque le groupe de choc attaque vingt-huit oustachis à l'aide de grenades. En septembre on le retrouve dans le groupe qui assaille un autobus transportant des soldats allemands dans la rue Zvonimir. Outre la planification et l'exécution d'actes de sabotage, il envoie des combattants zagrébois pour renforcer les partisans.

Lors d'une réunion qui a lieu le 22 novembre 1941, au coin de la place Kvaternikov et de la rue Heinzelova, il est arrêté avec quatre autres camarades et conduit à la gendarmerie. Dans l'enceinte il sort une grenade de sa poche et tente de la désarmorcer mais les policiers le plaquent au sol et l'en empêchent. Les jours qui suivent il est soumis à de brutales tortures et passages à tabac mais refuse de parler. Au début du mois de décembre il est envoyé avec dix-sept camarades devant un peloton à Rakov Potok tout près de Zagreb où ils sont fusillés.

 

 

Source : http://hr.wikipedia.org/wiki/Kre%C5%A1o_Raki%C4%87

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Dissidents et persécutés

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article