Neven Mimica

Publié le 25 Avril 2013

Neven Mimica

 

 

Neven Mimica est né le 12 octobre 1953 à Split, Croatie. Il est titulaire d’une maîtrise de la faculté d’économie de l’Université de Zagreb.

Au cours de sa carrière, M. Mimica a occupé plusieurs postes dans l’administration publique, notamment ceux de Ministre-Conseiller à l’Ambassade de Croatie au Caire (1993-1996) et de Ministre plénipotentiaire à l’Ambassade de Croatie à Ankara (1996-1997).

En 2000, Neven Mimica assure les fonctions de Vice-Ministre des affaires économiques (2000) et, de 2000 à 2001, il est désigné négociateur principal pour l’Accord de stabilisation et d’association avec l’Union européenne. De 2001 à 2003, il est Ministre de l’intégration européenne et, après les élections législatives de 2003, il devient président de la commission de l’intégration européenne au Parlement croate. Il est réélu au Sabor (Parlement croate) en 2007 et, de 2008 à 2011, il est porte-parole adjoint et président de la commission de l’intégration européenne.

Actuellement, M. Mimica exerce les fonctions de Vice-Premier ministre en charge des affaires intérieures, des affaires étrangères et des affaires européennes au sein du gouvernement dirigé par le Premier Ministre Zoran Milanovic (Parti social-démocrate de Croatie).

 

 

 

Un 28ème commissaire européen croate

 

Neven Mimica, actuel vice-premier ministre croate chargé des Affaires étrangères et de l'Intégration européenne, a été désigné comme futur commissaire européen, dans la perspective de l'entrée de son pays dans l'UE le 1er juillet, a annoncé jeudi la Commission. Neven Mimica "a été présenté ce jour par la Croatie comme commissaire désigné. Le président de la Commission, José Manuel Barroso, s'est entretenu avec Neven Mimica et a donné son accord à sa candidature", a indiqué la Commission dans un communiqué.

"José Manuel Barroso a fait part de son intention d'attribuer au commissaire désigné le portefeuille de la protection des consommateurs". Ce sujet fait actuellement partie du portefeuille de Tonio Borg, le commissaire maltais, qui est aussi chargé de la Santé. La Commission européenne a précisé que Neven Mimica serait officiellement nommé par le Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement "après la nécessaire consultation du Parlement européen (...), de manière à lui permettre de prendre ses fonctions le 1er juillet 2013".

 

Source : europe1.fr, le 25 avril 2013.

 

 

 

 

Neven Mimica : un apparatchik à Bruxelles ?

 

Le 1er juillet, la Croatie intègre l’UE et son premier Commissaire entre en fonction. Neven Mimica a un CV idéal : Européen convaincu, responsable politique chevronné, parlant anglais, allemand et français. Ancien de la Ligue des Communistes de Croatie devenu cadre du SDP, il sera chargé de défendre les intérêts des 500 millions de consommateurs européens. Portrait.

 

« Je commence une nouvelle phase de ma vie mais je n’entre pas en territoire inconnu. Je suis fier d’être le premier commissaire européen de la Croatie, c’est un défi encore plus grand que les précédents et je le vis comme un couronnement de ma carrière politique », déclarait Neven Mimica à Jutarnji List le 24 juin, à une semaine de sa prise de fonction à Bruxelles.

Le 25 avril, à la veille de ses 60 ans, Neven Mimica a été désigné pour représenter la Croatie à la Commission européenne et assurer la fonction de Commissaire chargé de la protection des consommateurs. Il présente un profil idéal : économiste, diplomate et politicien expérimenté, Européen convaincu, parlant anglais, allemand, et français. Selon l’article 17 du TUE, il a été choisi « en raison de [sa] compétence générale, de [son] engagement européen, […] et offrant toutes garanties d’indépendance. »

Neven Mimica va donc quitter son poste de vice-Premier ministre chargé des affaires intérieures et européennes, qu’il occupait depuis l’arrivée au pouvoir de la coalition de centre-gauche Kukuriku. Il prend officiellement ses fonctions à Bruxelles le 1er juillet, le jour même où la Croatie rejoint l’UE.

 

Une carrière politique tournée vers l'Europe

Malgré une carrière politique entamée il y a plus de vingt ans, le futur commissaire européen croate reste méconnu dans son pays. Né à Split, il a grandi sur la côte dalmate à Omis, à l’embouchure du canyon de la Cetina. Marié à l’économiste Branka Mimica, il a deux enfants de 28 et 32 ans. Neven Mimica est décrit comme un homme méticuleux, calme, posé et ayant une capacité à communiquer avec autrui sans jamais lever le ton. Selon ses proches, c’est aussi un bon vivant, aimant le bon vin et chanter, comme tout Dalmate qui se respecte.

Diplômé de l’Université de Zagreb en économie, il a occupé diverses fonctions liées au commerce international. Au début des années 1990, il était notamment chargé d’assurer la continuité des relations commerciales de la Croatie fraîchement indépendante avec les pays voisins de l’ancienne Yougoslavie. Ministre adjoint de l’Économie du gouvernement Račan (2001-2003), il s’est attelé à l’harmonisation des législations du marché intérieur croate avec le marché européen. C’est là qu’il a commencé à s’occuper de la protection des consommateurs.

Neven Mimica a occupé un rôle-clé dans le rapprochement de la Croatie à l’Europe. En 2000, il a été désigné négociateur principal pour l’Accord de stabilisation et d’association avant d’être nommé en 2001 ministre de l’Intégration européenne ; il a également mené les négociations d’adhésion de la Croatie à l’Union européenne, à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et à l’Accord de libre-échange centre européen (ALECE). Il a été élu à deux reprises député SDP au Sabor, en 2003 et 2007.

 

Un ancien communiste à Bruxelles, et alors ?

Après ses études, il est rapidement entré au Savez komunista Hrvatske (SKH), la Ligue des Communistes de Croatie. Embauché dès sa sortie de l’université par l’entreprise d’État Astra Zagreb pour faire du conseil en import-export, il a ensuite rejoint le cabinet de sa responsable après qu’elle eut été nommée présidente du Comité pour les relations avec l’étranger. « Voilà comment je suis entré au service de l’État, par concours de circonstances, et je n’en suis jamais sorti », se souvient Neven Mimica.

Seulement, Astra Zagreb a la réputation d’avoir été « un nid d’espions de Belgrade », une façade pour réseau d’espionnage. C’est en tout cas ce que soutient le tabloïd conservateur Daily Mail. Dans un article publié en juin, le deuxième tirage de la presse britannique, toujours critique vis-à-vis de l’Europe, tire à boulets rouges sur Neven Mimica, se demandant comment un ancien communiste pourrait défendre correctement les droits des 500 millions de consommateurs européens.

« Mimica devrait expliquer comment un défenseur du socialisme et de l’économie planifiée s’est converti en un capitaliste, défenseur du marché libre qu’il souhaite maintenant servir », s’enflamme le Daily mail, preuve que l’anticommunisme primaire reste des plus vivaces au sein de la droite britannique.

Le commissaire européen croate a sans doute vécu le même processus que bon nombre d’anciens fonctionnaires yougoslaves, qui, comme tous les Croates, ont dû vivre cette transition du système socialiste au capitalisme, entre évolution consciente et retournement de veste, croyance libérée ou opportunisme.

La SKH dont il fut membre, a elle aussi connu de grands bouleversements depuis la fin des années 1980 : elle a changé plusieurs fois de nom avant de devenir l’actuel Parti social-démocrate (SDP).

Neven Mimica sera donc à Bruxelles pour au moins un an, jusqu’aux prochaines élections européennes en 2014. Parenthèse ou début d’une nouvelle carrière ? Nul ne sait, mais la scène politique nationale lui reste ouverte en cas de défaite de son parti.

 

 

Par Claire Vallet

Source : balkans.courriers.info

 

 

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Hommes politiques, #militaires et diplomates

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article