Un voisin fragilisé

Publié le 23 Novembre 2009

La Bosnie-Herzégovine


 

La guerre récente contre la Bosnie-Herzégovine fait essentiellement partie de cet épisode historique. Cette guerre fut engagée par ses voisins et alliés selon une action préalablement concertée et coordonnée, incluant l'intervention d'éléments internes animés d'une intention destructrice, pour anéantir son unité dans la diversité. Elle trouva son accomplissement avec l'accord de paix de Dayton, imposé par les Etats-Unis d'Amérique et leurs alliés. Les principaux instigateurs de la guerre furent inclus dans ce processus de négociation, au premier plan desquels la Serbie et la Croatie : le résultat de Dayton fut que la partition créée par la guerre était légitimée comme nouvelle réalité. Cependant, le pays se trouvait ainsi conduit à un croisement d'où il pourrait se diriger vers l'un des deux scénarios probables : une totale désintégration ou la réunification. Quel que soit le dénouement, le libre marché, la privatisation et l'introduction du capitalisme furent acceptés comme inévitables. La Bosnie communiste a été détruite par la guerre. Ce qu'il en reste doit être transformé en un pays démocratique et capitaliste. Néanmoins, il existe de nombreux arguments pour soutenir l'affirmation que les seuls marchés libres, surtout s'ils sont encouragés par des investisseurs occidentaux en quête d'un profit rapide, n'offrent que des miettes d'une assistance véritable aux institutions civiles et à la démocratie qu'ils prétendent soutenir.

 

Source : Rusmir Mahmutcehajic, Une réponse bosniaque - Modernité et tradition - publié par Durieux / Textor Verlag / Paris Méditerranée, seconde édition revue 2005, p. 34. Traduit de l'anglais par Paul Ballanfat. Titre original : Bosanski odgovor : o modernosti i tradiciji

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Bosnie-Croatie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article