Tourisme médical en Croatie

Publié le 11 Janvier 2013

Tourisme médical en Croatie. Une opportunité pour les clients suisses ?

 

 

 

Résumé

 

Ce dossier a pour but de présenter et d’analyser le développement du tourisme médical

en Croatie. Aujourd’hui, le tourisme médical est un marché non-négligeable pour bon

nombre de pays de l’Europe de l’Est. En effet, ces pays, dont la Croatie, proposent des prix

très attractifs en ce qui concerne la chirurgie. Cependant, ces pratiques connaissent

beaucoup de dérive. Nous avons voulu donc savoir si la Croatie connait ce genre de problème et si cette destination peut être intéressante pour la clientèle suisse.

 

Introduction

 

Depuis une dizaine d’années, la Croatie est devenu une destination touristique très prisée

pour le tourisme balnéaire. Cependant, le tourisme médical n’est pas en reste, puisque ce

segment est en plein développement dans le pays.

   

Tout d’abord, cette analyse propose l’historique ainsi que le développement du tourisme

médical en Croatie. Puis, nous avons étudié le type de clientèle qui se rend dans ce pays

pour y subir des opérations chirurgicales. Ce segment touristique connaissant beaucoup de

dérives, nous avons analysé la fiabilité du personnel médical, ainsi que la qualité des centres

médicaux. Pour finir, nous avons recoupé ces résultats, afin de recommander cette

destination à la clientèle suisse.

 

Nous avons basé notre analyse sur le travail d’Oliver Kesar et Katarina Rimac qui ont

publié une étude sur le tourisme médical en Croatie pour la faculté d’économie de Zagreb.

Leur travail nous permet ainsi de présenter une analyse relativement complète du tourisme

médical en Croatie.

 

1.     Historique du tourisme médical

 

Le tourisme de santé a commencé à se développer en Croatie à la fin du 19e siècle. Bien

que les sources d'eau thermales et minérales sur le territoire de l'actuelle Croatie furent

reconnues dès le 4e siècle de l'époque romaine, il faudra attendre le 19e siècle pour que des

établissements de soins autour des sources chaudes se construisent. Cette région a donc

une longue tradition dans le domaine. Plusieurs endroits ont développé le tourisme de santé

car ils se trouvaient dans une zone maritime avec un climat doux, disposaient de bains

thermaux ou encore de bains de boue de guérison. Les stations d’Opatija, Lošinj, Crikvenica

et Lipik entre autres, étaient des lieux prisés qui attiraient des hôtes de tous les pays voisins.

(Office National Croate du tourisme, 2011)

 

A cette même période d’autres stations thermales européennes commencèrent leur

activité et devinrent populaires, comme par exemple, Aix-les-Bains et Vichy en France ou

Wiesbaden en Allemagne. Mise à part les stations thermales, la thalassothérapie se

développa également, à la fin du 19e siècle, sur les côtes croates de l’adriatique. Cette

dernière amena les premières recherches médicales. Malheureusement, la Seconde Guerre

mondiale a bouleversé l’utilisation des installations du tourisme médical. Depuis cet

événement, ce sont les consommateurs locaux et régionaux qui ont profité des installations

dont les frais étaient généralement remboursés par l’assurance maladie.

 

L’idée commerciale du tourisme médical a été mise en avant dans les années 70, lorsque

de grands hôtels furent construits dans des destinations thermales très fréquentées. Ceux-ci

étaient pour la plupart à proximité d’hôpitaux spécialisés. Malheureusement, cela n’a pas été

une grande réussite, car les hôtels étaient occupés par des clients dont le séjour et les soins

étaient pris en charge par l’assurance maladie. (Kesar O. & Rimac K., 2011, p. 119)

 

Aujourd'hui, la Croatie offre des soins identiques à ceux effectués dans les pays

développés mais à des tarifs beaucoup plus avantageux. De plus, le pays bénéficie d’un

climat favorable ainsi que d’une bonne offre touristique. (Office National Croate du tourisme, 2011)

 

2.      La clientèle

 

Mise à part les coûts des services couverts par les systèmes de financement public, les

services fournis par les systèmes de soins privés sont généralement payés par les

consommateurs ou par des compagnies d'assurance santé. Le problème majeur avec les

systèmes de santé privés dans les pays développés, c'est qu'ils sont plusieurs fois plus

chers que les services de santé publique. Pour ces raisons, voyager à l'étranger pour subir

un traitement médical d'environ la même qualité, est nettement plus avantageux

financièrement, et est une manière abordable de résoudre un problème de santé. On

constate donc que la raison principale d'effectuer un voyage à l'étranger pour se faire

soigner est le prix.

 

Il y a d'autres facteurs que le prix qu'il faut prendre en compte. Il y a aussi le facteur

temps qui n'est pas négligeable. En effet, la période d'attente dans un pays pour un certain

type d'opération peut être longue. En partant à l'étranger, elle peut être raccourcie

considérablement. Certaines personnes partent à l'étranger pour trouver une meilleure

qualité de soin. Evidemment, cela dépend de si le client réside dans un pays ou la médecine

est développée ou non. On effectue aussi des voyages médicaux par manque de

technologie. Dans certains pays, il y a des types de soins qui n'existent pas. Il existe des

maladies rares qu'on ne peut pas soigner partout. Il est donc nécessaire de se rendre dans

un pays spécifique pour la soigner. Tous ces éléments peuvent donc représenter un

avantage pour un client qui n'a pas forcément accès aux soins médicaux dans son pays

d'origine, que soit pour des raisons financières ou technologiques.

 

En Croatie, le touriste peut bénéficier d'un prix bas pour se faire soigner, d'une

accessibilité simplifiée (la Croatie est au centre de l'Europe) et d'un climat agréable. En

revanche, des problèmes de communications peuvent subvenir entre les clients et

autochtones. De plus, étant donné que le facteur le plus important est le prix, les clients vont

peut-être négliger la qualité du service fourni à l'étranger et vont recevoir une moins bonne

prestation que s’ils s'étaient fait soigner dans leur pays d'origine.

 

 

3.      La position des Croates

 

Nous avons vu que les clients sont très attentifs aux avantages et inconvénients d’une

opération médicale en Croatie, ou de façon plus général, lorsqu’ils subissent un traitement

chirurgical. Cependant, on ne pense que très peu aux impacts que le tourisme médical à sur

la population croate.

 

Tout d’abord, il faut dire que les croates disposent d’un bon système de formation

médicale. Leurs écoles de médecine ont de hauts standards de qualité et leurs instituts de

recherches sont reconnus comme étant très qualifié. Durant ces études de médecine, la

pratique est mise au coeur du système de formation des futurs professionnels de la santé.

 

Le tourisme médical en Croatie permet d’accroitre le nombre de patients et ainsi offrir plus de possibilité aux médecins de pratiquer leur profession. Ce type de tourisme permet aussi aux écoles de médecine de continuer à se développer et de se tenir toujours à la pointe de la recherche.

 

D’un point de vue des équipements hospitalisés, le constat est plutôt bon. En effet, la

majorité des cliniques privées qui accueillent les patients étrangers, sont bien équipées au

niveau du matériel médical et offrent de bonnes prestations de séjours à leurs clients.

Cependant, il existe un certain nombre de cliniques qui ne sont pas aux normes en matière

d’équipements médicales et de lieux de séjours. La Croatie a bien pris conscience que le

tourisme médical est important pour son économie et c’est pour cela que le pays est

devenu plus sévère en matière d’hygiène et de matériel médical.

 

Outre tous ces avantages pour les médecins croates, nous sommes en droit de nous

demander quelle est la position des patients croates sur la question du tourisme médical.

En effet, le salaire attrayant, ainsi que le matériel médical de pointe proposé par les

cliniques privées, peuvent influencer le choix du médecin au détriment de secteur public. Or

en Croatie, la part de personnel soignant qui travaille dans le privé est plutôt basse et ce

grâce à la surveillance par différentes associations de médecins. D’après une étude faite en

2009 par l’office croate de la statistique, 9120 médecins étaient en fonction dans le pays,

dont 2727 dans le secteur privé, soit un peu moins de 30%. (Kesar O. & Rimac K., 2011, p.

120)

 

Les Croates sont donc bien lotis dans le secteur public avec un grand nombre de médecin

qui sont bien formés. Le tourisme médical permet aussi de créer des emplois en favorisant la

venue des touristes en Croatie qui font ainsi tourner une partie de l’économie du pays.

 

 

4.     Analyse pour la clientèle suisse

 

Le système de santé suisse est d’excellente qualité, avec une moyenne de 3,8 médecins

pour 1000 habitants (Statistiques mondiales, 2012a) contre 2.6 pour la Croatie (Statistiques

mondiales, 2012b), ainsi que des infrastructures de pointe. Cependant, la qualité élevée de

la santé en Suisse, additionnée à un coût de la vie parmi les plus hauts au monde, provoque

des difficultés aux suisses à assumer les coûts de la santé dans leur budget. En effet,

l’assurance maladie obligatoire ne prend pas en charge tous les traitements médicaux et la

facture peut s’avérer salée suivant les traitements. Ainsi, environ 25% des Suisses se

retrouvent chaque année avec plus de 1000 francs non remboursés par l’assurance maladie

obligatoire, donc à leur charge. De plus, en moyenne 6% des suisses ont tous les ans

d’importantes difficultés à assumer leurs dépenses de santé (Office fédéral de la santé

publique, 2012).

 

Ainsi, le facteur prix est fortement déterminant pour les suisses afin d’envisager un séjour

médical à l’étranger. Même si elle ne propose pas les plus bas tarifs médicaux d’Europe, la

Croatie possède un excellent système médical, comparable aux standards d’Europe de

l’Ouest. En plus de sa tradition ancienne dans le tourisme de santé, la Croatie dispose de

médecins très bien formés. De plus, la notoriété et les infrastructures touristiques de la

Croatie offrent un attrait supplémentaire pour la clientèle Suisse, ayant ainsi l’opportunité de

profiter d’un climat chaud voire de l’air marin sur les côtes à seulement une heure de vol

depuis la Suisse. Cependant, la clientèle suisse risque de se retrouver frustrée par les temps

d’attente, en premier lieux dans les services hospitaliers ou chez un médecin. En effet, la

Suisse est à la tête des pays où les patients connaissent le moins de temps d’attente dans

les services de santé. Il en va de même pour les services spécialisés ou les petits cabinets

médicaux. (Kesar O. & Rimac K., 2011, p. 120).

 

Malgré ces possibles désagréments, les suisses restent avant tout sensibles à la forte

différence de prix pour une qualité de prestations équivalente. Ils sont également regardants

quant aux normes concernant les infrastructures et l’hygiène. La clientèle touristique suisse

est appréciée pour son intégration et son fort pouvoir d’achat. Elle est donc bienvenue en

Croatie, où on désire développer les infrastructures touristiques, tout en ne connaissant

actuellement pas de risques de voir le personnel de la santé croate déserter le secteur public

pour le secteur privé.

 

Conclusion

 

Grâce à sa longue tradition du tourisme médical et ses infrastructures optimales, la

Croatie peut se permettre d’être une concurrente de poids face à la Suisse et ses services

de santé. En effet, les Suisses sont avant tout sont sensibles au facteur prix, mais également

habitués à une grande qualité dans les services. En plus d’offrir de nombreuses

infrastructures touristiques, la Croatie peut offrir aux Suisses des services médicaux de

grandes qualités à des prix défiants toute concurrence.

 

Du côté des Croates, ceux-ci possèdent déjà un personnel médical au bénéfice d’une très

bonne formation ainsi que des cliniques de qualité. De plus, la population profite également

de l’essor du marché du tourisme médical d’un point de vue économique et sanitaire, ce qui

est un bénéfice non négligeable pour les Croates.

 

 

Références

 

Kesar O. & Rimac K. (2011). Medical Tourism Development in Croatia: In Economics Faculty

Zagreb, Zagreb International Review of Economics & Business, Vol. 14, No. 2, (pp. 107-

134). Croatia: Economics Faculty Zagreb.

 

Office fédéral de la santé publique. (2012) Etude sur le système de santé suisse (et

comparaison internationale). Récupéré sur http://www.travailler-en-suisse.ch/etude-sur-lesysteme-de-sante-suisse-et-comparaison-internationale.html

 

Office National Croate du tourisme. (2011), Tout sur le tourisme de santé en Croatie en un

seul endroit. Récupéré sur http://croatia.hr/fr-FR/Representation-nationale/France/Bulletindinformations-2011/Tout-sur-le-tourisme-de-sante-en-Croatie-en un-seulendroit?Y2lcMjMxMQ%3D%3D

 

Statistiques mondiales. (2012a). Croatie : statistiques. Récupéré sur http://www.statistiquesmondiales.com/croatie.htm

 

Statistiques mondiales (2012b). Suisse : statistiques. Récupéré sur http://www.statistiquesmondiales.com/suisse.htm

 

 

Réalisé par

Favre Aurélie, Gutknecht Chloé,

Seiler Alban, Steiner Jérôme

 

Professeur

Tschopp, Alexis

 

 

Source : http://tourismsierre.files.wordpress.com/2013/01/703c_ec2_medical_tourism_croatia.pdf

 

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Santé

Repost 0
Commenter cet article

Victor Bellion 13/03/2014 18:01

Article très intéressant. Je suis français et je suis récemment allé en Croatie grâce à une société intermédiaire (MediCroTour) pour une intervention dentaire. C'était super, ça s'est très bien passé!
Je recommende tout particulièrement les lacs de Plitivice. Vraiment c'est un beau pays.