Martina Kramer

Publié le 4 Février 2013


Martina Kramer, "entre les deux infinis que faire ?"

 

 

Martina Kramer est originaire de Zagreb, elle vit à Lyon depuis 1989. Après avoir fait l'Académie des beaux-arts à Zagreb, elle finit sa formation à l'école des beaux-arts de Lyon. Cette artiste expose régulièrement en Croatie, en Belgique et en France, elle a été sélectionnée pour représenter la Croatie à la Biennale de Venise en 1995,et plusieurs de ses œuvres font parties des collections publiques de centres d'art européens. L'œuvre de Martina Kramer est multiforme, c'est une œuvre en recherche qui travaille avec et sur la lumière, "la lumière, révélatrice de la matière". Chacune de ses œuvres est issue d'une expérience physique sur la réalité, d'un premier regard, d'un premier geste qui constate le jeu de réflexion de la lumière, son emprise sur l'objet et la modification qui s'opère avec la lumière sur la perception et l'espace. Au-delà de cette première expérience, et pour approfondir ces phénomènes naturels, Martina Kramer esquisse à la manière d'un scientifique une représentation abstraite des phénomènes, une conception mentale d'où découlera l'œuvre d'art. Elle va ensuite utiliser plusieurs "médiums" pour intervenir sur les lois physiques de la trajectoire de la lumière et de la gravitation, et interroger l'espace et la perception humaine. Elle travaille fréquemment sur le noir profond qui absorbe la lumière et le volume et qui crée un négatif optique de l'espace. Ainsi, elle peint de larges pans de toiles obliques en noir et les dispose sur le mur en réduisant peu à peu les distances entre chaque pan, ce qui crée un espace ouvert en volume dans le mur une trouée qui aspire, un espace du vide qui déconstruit la vision du spectateur et produit une perte des repères et de la stabilité. Martina Kramer travaille également avec le prisme chromatique qui sépare les couleurs chaudes des couleurs froides, et réfléchit alors à "la relation entre l'œil et la conscience". L'œuvre Les limites mouvantes consiste en un large trait noir peint sur un pan de mur et qui comporte sur chacun de ses bords, à gauche deux traits fins en rouge et jaune et à droite deux traits fins en bleu nuit et bleu clair, recréant ainsi la décomposition prismatique de la lumière. Quand le spectateur se trouve en face de cette œuvre, son œil est dérangé, car la lumière étant exclue du noir, se réfléchit sur les bords et ceux-ci semblent alors trembloter, osciller, faisant ainsi cligner des yeux. En provoquant cette réaction physique gênante, Martina Kramer amène le spectateur à s'interroger sur sa perception de la réalité. Enfin cette artiste travaille aussi avec une matière transparente, conductrice du déplacement, le Plexiglas. Sous forme de bâtons sur lesquels ont été peints une ou plusieurs lignes (noir profond ou rouge/jaune ou bleu nuit/bleu clair), elle étudie le mouvement, entre apparition et disparition. Suivant la position du spectateur face au bâton, la ligne brisant la continuité du blanc est plus ou moins fuyante. Ces œuvres mettent en jeu la place de l'homme dans l'espace et les différences de perception que l'on opère en bougeant. Martina Kramer s'interroge sur une conduite aléatoire de l'homme face au réel, grâce aux multiples points de vue générés dans l'espace. C'est pourquoi, chez elle tout travail de création prend en compte l'espace, le lieu dans lequel il se tient. Elle intervient, recrée un lieu autre, où sont remis en question le volume, la profondeur et la gravitation, elle efface les angles par le noir, elle crée d'autres espaces immatériels dans le mur, et le lieu ainsi refaçonné, incite le spectateur à ne pas rester statique, à appréhender chaque angle de vue, à être encore déstabilisé. Cette modulation à l'infini de l'espace se conjugue avec une modulation de la lumière qui devient alors matière. Martina Kramer s'exerce à "un art du minime et non du spectacle" (Jean de Breyne), et travaille sur le presque imperceptible, le fugitif, ce qui n'a de consistance que dans son absence.  


Virginie Poitrasson

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Artistes et personnalités diverses

Repost 0
Commenter cet article