Marko Marulić (II) - Prière contre le Turc

Publié le 1 Décembre 2009

Prière contre le Turc

(Molitva suprotiva Turkom)

Marko Marulić



Traduit du croate par Ivan C. Kraljić et Silvija Šajnović

Bibliothèque Saint Libère
http://www.liberius.net
12 septembre 2009


 

La prière contre le Turc (Molitva suprotiva Turkom) du père de la littérature croate Marko Marulić (1470-1524) est un appel ardent à la clémence divine, ainsi qu'une plainte douloureuse motivée par les horreurs qu'infligeaient les Turcs à la Croatie et aux pays voisins. Les ennemis du nom chrétien allaient de victoire en victoire, devant l'indifférence quasi-générale de la Chrétienté. Seuls les Papes appelaient régulièrement à la Croisade, en vain. Dans sa Prière, Marulić indique la seule voie du salut : Dieu. Pour s'assurer d'être compris même de ceux qui ne lisaient pas le croate, il a bâti la prière sur un acrostiche en latin, formé par les premières lettres de vers impairs : "Solus Deux potest nos liberare de tribulatione inimikorum nostrorum Turkorum sua potentia infinita", c'est-à-dire, Dieu seul peut nous délivrer des tribulations de nos ennemis les Turcs par sa puissance infinie.

La Prière contre le Turc rappelle une grande vérité, trop souvent oubliée : les guerres, les épidémies, les souffrances du peuple fidèle sont des châtiments du péché. L'ennemi ne l'emporte que dans la mesure où les catholiques se séparent de Dieu par le péché. Il ne sert à rien de maudire les ennemis, ni de les combattre, tant que Dieu est contre son peuple. Le salut ne se trouve que dans la contrition, l'abandon d'une vie peccaminieuse, et la soumission aux commandements de Dieu. La lettre que Marulić écrivit le 19 juillet 1501 à son ami le chanoine Hieronymus de Cipcis est à ce sujet fort explicite :

"Je pense de nouveau à l'oppression des chrétiens par les infidèles, et j'en cherche la cause dans mon esprit ; il m'est venu à l'idée d'écrire une petite dissertation, que j'espère n'être pas inutile à ceux qui veulent lire avec un esprit sain et considérer les choses avec raison. Je vous l'envoie avec cette lettre, écrite en langue vulgaire, afin que tous puissent la comprendre. Si vous estimez qu'elle peut produire quelque fruit spirituel parmi les chrétiens, faites-la imprimer. De ce que je peux en juger, je crois vraiment qu'il en est et qu'il en sera comme ce qui y est dit. C'est-à-dire, que tout ira bien, si les prélats ecclésiastiques et les seigneurs temporels voient à ce que leurs sujets, par des censures et des peines, se corrigent de leurs péchés publics. Sinon, c'en est fait de nous, la colère de Dieu sera toujours sur nous, elle qui est plus excitée par la négligence des chefs que par les manquements du peuple. La cognée est déjà à la racine et personne ne remarque les offenses contre Dieu, jusqu'à ce que sa vengeance s'étende encore plus. Oh combien est vaine la croyance de ceux qui croient que la force humaine peut s'opposer à la colère de Dieu !
Récemment, en Croatie, comme vous l'avez déjà appris, 500 cavaliers hongrois, croates et stradiotes, tous hommes très courageux et bien armés, furent battus et mis en pièces par 300 Turcs, mal armés et mal montés, au milieu d'une belle plaine. Pendant leur fuite, ils étaient incapables de dire pourquoi ils fuyaient, ni pourquoi ils n'ont pas eu la force d'âme de résister à si peu d'ennemis, ayant tant de supériorité en toutes choses. Et nous ne remarquons toujours pas que ce n'est pas la force des ennemis qui nous opprime, mais la fureur divine. [...]
"Les signes de la colère divine sont manifestes, et peu nombreux sont ceux qui les considèrent, espérant toujours dans le secours de la force humaine. Cette espérance est cependant vaine, vous le saurez en lisant l'oeuvre.
" [1]

La dissertation présentée par Marulić est malheureusement perdue.

La Prière comporte 172 vers alexandrins à rimes plates brisées. Elle a été vraisemblablement composée entre les années 1493 et 1500 (en 1493, l'armée croate fut entièrement défaite par les Turcs à la bataille de Krbava). On a émis aussi la conjecture que Marulić voulut la présenter à la cour pontificale d'Alexandre VI, lorsqu'il fit le pèlerinage à Rome pour le Jubilé de l'an 1000. [2]

On notera que Marulić multiplie l'adverbe jur (enfin, déjà), lorsqu'il demande à Dieu d'intervenir, ce qui démontre que le poète a perdu tout espoir humain, et qu'il est urgent que Dieu se manifeste. Ces demandes ardentes, impatientes, culminent dans le vers 73 : "Jur dovolje budi, jur budi dovolje" : Qu'il en soit enfin assez, que cela suffise enfin.

Par sa beauté, par ses élans pathétiques, par la justesse de sa doctrine, la Prière contre le Turc est un chef-d'oeuvre de la littérature anti-turque (antiturcica).

Nous présentons d'abord la traduction française avec l'original croate [3] en regard, puis la traduction française seule accompagnée de quelques commentaires. A notre connaissance, c'est la première traduction complète en français. [4]


[1] Milo Milošević, Sedam poznatih pisama Marka Marulića, Colloquia Maruliana I, avril 1992, pp. 5-52. La lettre originale est en italien. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=toc&id_broj=313
[2] Luko Paljetak, Molitva suprotiva Turkom u kontekstu protuturskog otpora u Europi Marulićeva vremena i poslije njega, Colloquia Maruliana XI, avril 2002, pp. 333-362.
[3] http://marulianum.storia.unipd.it/data/pdf/it/opere_croate/4.pdf
[4] Il existe une traduction partielle, en vers, par Janine Matillon, in Slavko Mihalić et Ivan Kušan, La poésie croate des origines à nos jours, Paris : Editions Seghers, 1972, pp. 20-22.


Prière contre le Turc

Svemoi Bože moj, kim svaka postaju,
   Odvrati jur gnjiv tvoj ter pomiluj naju;
Ostavi zlu volju, pozri na verni puk
   Gdi tarpi nevolju svakdan od turskih ruk.
Luge, sela, grade popliniv s'žegoše,
   Muže, žene, mlade svezav povedoše;
Ubiše junake koji se arvihu,
   A ine nejake u sinžir vedihu;
Sinke porubiše od krila materam
   I jošće činiše vašćine njih hćeram;
Daleč rastavljaju od draga miloga,
   Tih tamo prodaju, a simo inoga.
Eno još oltari tvoji raskidaju
   I sve svete stvari tlačiti ne haju:
U temple tve svete konje uvajaju,
   Prilike propete pod noge metaju;
Svite, u kih tebi služba se činjaše,
   Razkrajati sebi u kavadih jaše;
Pehare kovaše od kaležev tvojih
   I još pokovaše pase sabalj svojih.
Oto, ča je gore, divstvo odckvarniše
   Divic ke pokore čineć ti služise,
Ter ditcu neumiću obrizav tiskoše
   U veću nesriću ner kih posikoše !
Eto jur potarvši mnoge gospode stan,
   Hite ne ustarpivši ostalih dati van.
Sve dni ter sve noći nigdir ne sustaju
   Nastojeć primoći karstjan ki ostaju.
Toko je sila njih jure objačala
   Da moći ni u svih ka bi jim pram stala.
Nastupaju na nas, a nas je strah ubil,
   Jur puk tvoj gine vas, a ti si odstupil.
Oni nas tiraju, vežu, biju, deru,
   Za te se ne haju ni za tvoju veru,
Složiti pod noge ku su odlučili;
   Moćju sile mnoge svih su jur sključili.
Li kakono plami kad pade u gori,
   Ostane čarn kami i prez listja bori,
Inako t' ne ostaju gradi tere mista,
   Kojano opušćaju plinujuć sva lita.
Boj su bili s njimi Harvati, Bošnjaci,
   Garci ter Latini, Sarblji ter Poljaci,
Eto još boj biju nici, a nicih ni,
   A druzi ne smiju jer si njim gnjivan ti;
Rit se ča bo prudi al vojske kupiti
   Ako, ki svih sudi, neće se smiliti.
A ti, Gospodine, grihe jur odpusti,
   Da puk tvoj ne zgine, jur milost na nj spusti.

Rači se smiliti, slomi mač poganski,
   Ne daj pogubiti ostatak karstjanski.
Eve smo rojen'je, da ti s' naš spasitelj;
   Proda nas sgrišen'je, da ti s' odkupitelj.
Dostojno jest da mi za grih zla patimo,
   Da milosardan si ti, zato te molimo :
E Bože, odnesi jur taj bič od naju,
   A na njih nadnesi kino te ne znaju.
Tebi vapijemo tužeći u plaču :
   Tvoji smo, a ginemo, pogani nas tlaču.


Radi su svih požrit, nigdar karvi siti,
   Sve će, diju, podrit, a puk tvoj pobiti.
Ispunit toj hteći, nigdar ne pristaju,
   Jednih zavodeći, druzih pobijaju.
Bijući primaju kasteli, gradove,
   Tako se obladaju priljuti lavove.
Uteći prid njih zlom jur nimamo kuda
   Ner pod tvojim krilom : kraljuješ ti svuda,
Lahko sve njih sile ti moreš ustavit,
   Ke su odlučile s tobom nas rastavit.
Ako s nami stati budeš, Gospodine,
   Hoće se odarvati narod ki sad gine,
Tere vazet sminost, udrivši potirat,
   Ako tvoja kripost bude nas podpirat.
Jur dovolje budi, jur budi dovolje,
   Slobodi tve ljudi od toke nevolje.
Oto vidimo mi da svih karstjani moć
   Biti se uzmožna ni nimajuć tvu pomoć.
Narodi pri jaki izgubiše jakost
   Jere u boj taki nimaše tvu milost.
Eto bile polja od kosti vitezov,
   Kimno nije broja, i vojvod i knezov ;
I ki s malo ljudi razbijahu mnoštvo
   Buslomansko svudi, sgubiše hrabarstvo;
Ne mogoše branit listo daržavu svu,
   Ne sebe još shranit, uzmak ti ruku tvu.

Jer ti buduć sardit za grihe naše nam,
   Tko će moć osidit u grad ter stati pram?
Meči ne valjaju, ni šćit oklopami,
   Ni ki upravljaju strilom ter puškami,
Jake konje tokoj ter kopja napravit:
   Na nas buduć gnjiv tvoj, ča ćemo opravit?
Kako poni za grih puk tvoj jez za ginut,
   Tako ne zgubi svih, milosardjem prignut;
Ostavi sarditost tere se jur smili,
   Učini nam milost, k tebi smo pribigli.
Razsarjen činjaše da tvojega puka
   Pod oblast stavljaše patarinska ruka;
Umiljen puk paka tebe uzmoljaše,
   I tva desna jaka njih oslobojaše.
Molimo se sad mi, b'jeni turskom silom,
   Da nas jur otmeš ti jakosti tve dilom.
Ne htij već oddiljat; čini da poznaju
   Da grih naš pobijat, ne oni, ja naju.

Onako ukaži njim moć i jakost tvoju
   Kakono i onim ki, skupiv moć svoju,
S koli ter s vojskami za pukom udriše
   Putem meu vodami ter se potopiše;
Tako kako ukaza sionikom i onim
   Kih oganj nakaza i da jim smart svimim:
Rasarjen ti, platit hoti njih s urzoka
   Jer htihu uhvatit Iliju proroka;
Onako još kako ukazao jes onim
   Ki sedoše jako pod gradom Dotajim,
Radi tuj uhitit Helizeu tvoga,
   I ne jaše vidit s uzroka takoga.
Ukaž, Gospodine, kako si ukazao
   Asirske jačine kad si nakazao,
Mnoštvo kad veliko s vojvodom oholim
   Došad, svekoliko sta pod Jerozolim,
Tej sile i tuj moć razbil tada tko bi,
   Ner on ki jednu noć tako tisuć pobi?
Ukaž još, Bože moj, kakono i tada,
   Kad Zara kralj u boj vojask vodi stada,
Rat čineć puku tvom, puku Izraila,
   S oružjem i s mnoštvom sminim u taj dila,
Kih desetsto tisuć, trista koles biše:
   Posla ti strah moguć i pleća obratiše;
Ozrit se ne smiše, a sam kralj za njimi,
   S kim jih malo biše; sikuć prostrti svimi.

Ruke tve još kripost nevernu narodu
   Ukaži tva milost, ki nam čini škodu:
Ukazao si kako kad sile prez broja
   Ročiše se tako vazet mista tvoja,
Mista izraelska pod sobom podbiti
   Vojska idumejska i s njom Moabiti,
S njom još Amoniti ki, totu skupiv se,
   Ne jaše grad riti, meu sobom svadiv se.
Ub'jeni legoše, svoji svojih bijuć,
   I tad oblizoše grajani potičuć;
Arvanje ne činiv, okol razgrabiše,
   I blago popliniv, hiže napuniše.
Pokaž, Gospodine, da kako saržba tva
   Za naše krivine nas u nevolju da,
Onako smiljen'jem da nas mož obranit
   Tere s utišen'jem slobod nam povratit;
Turke sve podvratit ka blud njih nevere,
   Njih silu pokratit ka nas koljuć dere.
Evo plačne tebi majke tužeć hode,
   Da ne plode sebi, jer njih plod odvode.

Niki su prognani iz bašćine svoje,
   A niki pognani u sužanstvo stoje.
Taj plače ditčicu, taj muža, taj žene,
   Plače brat sestricu, a sestra bratca nje.
Jur dojt te do tebe vapaj i suze njih:
   Ne daj da povede nevira Turak svih.
A ti, ki s' propeti Bog, Gospodin naju,
   Nam si dal karst sveti, ne ki te ne znaju;

Izneo si od bluda nas tere od djavljih ruk,
   Na križ pridav uda, odkupi veran puk.
Ne daj da nas dave pogani nogami
   Ali da nas strave sikući sabljami;

Fruštan'ja taj i boj od nas jur odvrati
   Ter silu, koj ni broj, nevernikom skrati.
I ti, Gospe mila, moli sinka za nas,
   Koga si rodila ne zgubiv divstva glas;
Ne pristan moleći, za sve duhe svete,
   Da Bog, nas mileći, odbije proklete
I tvardost pribije priljutih sardac njih
   Ali jih pobije, da ne ginemo s njih.
Ti nas, Gospe, brani pridav sinku tvomu,
   U vas smo ufani, a ne u inomu;
A paka, odbivši od nas nevernike,
   Gori nas primivši, spasite u vike.


  
  
Prière contre le Turc

Mon Dieu tout-puissant, créateur de toutes choses,
   Détournez enfin votre colère et ayez pitié de nous,
Abandonnez votre volonté de nuire, regardez le peuple fidèle
   Qui souffre chaque jour le malheur des mains turques.
Ils ont pillé et brûlé les bois, les villages, les cités,
   Emmenant époux, épouses et jeunes garrottés ;
Ils ont tué les héros qui ont combattu,
   Et emmené les faibles enchaînés ;
Ils ont arraché les fils des bras des mères,
   Et fait des choses déshonorantes à leurs filles ;
Ils séparent les biens-aimés de leurs chéries,
   Pour les vendre là-bas, et elles ici.
Voici qu'ils mettent en pièces vos autels,
   Et écrasent toutes les choses saintes sans sourciller :
Ils mènent leurs chevaux dans vos temples saints,
   Ils foulent aux pieds les tableaux pieux ;
Des habits sacerdotaux utilisés pour le service divin,
   Ils se sont fait des manteaux ;
Ils ont fait des cruches avec vos calices,
   Et aussi des ceinturons pour leurs sabres.
Et, ce qui est pire, ils ont profané l'innocence,
   Les vierges qui vous servaient dans la pénitence,
Et les faibles enfants qu'ils ont circoncis, ils les ont condamnés
   A un malheur plus grand que s'ils les avaient égorgés !
Ils ont détruit les habitations de nombreuses gens,
   Avec une telle hâte qu'ils n'attendaient pas que tous soient sortis.
Ils n'arrêtent ni le jour ni la nuit,
   Ils veulent vaincre les chrétiens qui restent.
Leur puissance s'est tellement renforcée
   Qu'il est devenu impossible de les arrêter.
Ils nous écrasent, alors que nous sommes morts de peur,
   Votre peuple meurt, et vous nous abandonnez.
Ils nous chassent, nous enchaînent, nous battent, nous déchirent,
   Ils n'ont aucun souci de vous et de votre foi,
Qu'ils ont décidé de fouler aux pieds ;
   Grâce à leur grande puissance ils ont déjà tout opprimé.
Comme, quand le feu s'abbat sur la montagne,
   Il ne reste que pierres noires et sapins sans aiguilles,
Ainsi restent villes et places,
   Qu'ils abandonnent après les avoir pillées, année après année.
Leur ont livré bataille les Croates, les Bosniaques,
   Les Grecs et les Latins, les Serbes et les Polonais,
En voici quelques-uns dans la bataille, et d'autres pas,
   Certains n'ont pas le droit parce que votre colère est sur eux ;
A quoi sert de combattre ou de rassembler des armées
   Si celui qui juge tous les hommes n'est pas apaisé. 
Et vous, Seigneur, pardonnez enfin ses péchés,
   Que votre peuple ne meure pas, faites enfin descendre votre grâce sur lui.



Soyez miséricordieux, brisez l'épée infidèle,
   Ne laissez pas périr ce qui reste de chrétiens.
Nous sommes fils d'Eve, pour que vous soyez notre Sauveur,
   Pécheurs, nous nous livrons, pour que vous nous rachetiez.
Il est juste que nous souffrions pour nos péchés,
   Soyez miséricordieux, c'est pourquoi nous vous prions ;
Ô Dieu, éloignez enfin ce fléau de nous,
   Et tournez-le vers eux, qui ne vous connaissent pas.
Nous vous implorons en larmes :
   Nous sommes vôtres, mais nous mourons, les païens nous écrasent.

Ils dévorent volontiers tout, jamais rassasiés de sang,
   Ils disent qu'ils vont tout piller, et massacrer votre peuple.
C'est ce qu'ils veulent accomplir, ils n'abandonnent jamais,
   Ils emmènent les uns et tuent les autres,
Ils prennent d'assaut des forteresses et des villes,
   Ils sont comme des lions en furie.
On n'a nulle part où se sauver de leur mal
   Si ce n'est sous votre aile : vous régnez partout,
Et vous pouvez arrêter toutes leurs forces facilement,
   Elles qui ont décidé de nous séparer de vous.
Si vous êtes avec nous, Seigneur,
   Le peuple qui meurt maintenant sera délivré,
Il reprendra courage, il les chassera par la force,
   Si votre puissance nous soutient.
Qu'il en soit enfin assez, que cela suffise enfin,
   Délivrez votre peuple d'un tel malheur.
Nous voyons bien que la puissance de tous les chrétiens
   Sera renforcée si elle a votre aide.
Les peuples autrefois forts ont perdu leur force,
   Parce qu'ils n'ont pas eu votre grâce dans un tel combat.
Voici les champions avec les ossements des chevaliers
   En quantité innombrable, et ceux des comtes et des ducs ;
Et le petit nombre qui partout brisait la multitude
   Musulmane a perdu courage ;
Non seulement il ne peut pas défendre le pays,
   Mais il ne peut plus se sauver soi-même, vous avez retiré votre main.

Puisque vous êtes en colère à cause de nos péchés,
   Qui pourra rester en ville et résister ?
Les épées ne valent rien, ni les boucliers,
   Ni les archers, ni ceux qui ont des fusils,
Ainsi pour les chevaux robustes, et les lances :
   Votre colère est sur nous, qu'allons-nous faire ?
Alors que votre peuple va périr à cause de ses péchés,
    Ne les perdez pas tous, soyez miséricordieux ;

Abandonnez votre colère et ayez enfin pitié de nous,
   Faites-nous miséricorde, nous nous réfugions en vous.
Irrité, vous aviez permis que votre peuple
   Fût soumis au pouvoir des Patarins ;
Votre peuple vous a alors prié humblement,
   Et votre puissante main droite l'a libéré.
Maintenant c'est nous qui prions, battus par la puissance turque,
   Que vous nous arrachiez enfin vous-même à cette force.
Ne vous éloignez pas ; faites qu'ils sachent
   Que c'est notre péché qui nous tue, pas eux, mais nous-mêmes.
Montrez-leur votre puissance et votre force,
   Comme à ceux qui, rassemblant toute leur énergie,
Ont attaqué le peuple avec leurs chars et leurs armées,
   Et se sont noyés en chemin au milieu des eaux ;
Comme aussi vous avez montré à ces soudards
   Que le feu a puni, et qui leur a donné la mort à tous :
Vous étiez en colère, vous avez voulu leur faire payer
   Parce qu'ils voulaient s'emparer du prophère Elie ;
Montrez-leur encore, comme vous avez montré à ceux
   Qui assiégeaient la ville de Dothan,
Pour s'emparer de votre Elisée,
   Et qui ont perdu la vue à cause de cela.
Montrez-leur, Seigneur, comme vous l'avez fait
   Quand vous avez puni la puissance assyrienne,
Dont un grand nombre sous un général orgueilleux,
   Est venu et a campé sous Jérusalem,
Qui a pu briser cette force et cette puissance,
   Sinon celui qui en une nuit en a tué tand de milliers ?

Montrez encore, mon Dieu, comme vous le fîtes,
   Quand le roi Zara a mené son armée au combat,
Pour faire la guerre à votre peuple, le peuple d'Israël,
   Avec des armes et beaucoup d'audace,
Ils étaient un million avec trois cents chars :
   Vous leur avez inspiré une terreur panique, et ils se sont enfuis ;
Ils n'ont pas pu se retourner, pourchassés par le roi
   Avec qui était un petit nombre ; ils furent taillés en pièces.
Par la vertu de votre main, au peuple infidèle
   Qui nous fait du mal, montrez quelle est votre miséricorde :
Vous l'avez montré quand une force innombrable
   A décidé de s'emparer de vos places,
De soumettre les places d'Israël ;
   L'armée iduméenne et les Moabites,
Et aussi les Ammonites, qui se réunissaient alors,
   N'attaquèrent pas les villes, mais se disputèrent entre eux.
Ils gisaient à terre, morts, s'étant entretués,
   Puis les Hébreux, étant accourus, parcoururent la scène du regard,
Et sans combattre, ils rafflèrent tout à l'entour,
   Et pillant les trésors, ils en remplirent les maisons.
Montrez, Seigneur, que si votre colère
   Nous abandonne dans le malheur à cause de nos péchés,
Une fois apaisé vous pouvez nous défendre
   Et vous nous rendrez la liberté avec les consolations ;
Abattez tous les Turcs à cause de leur infidélité,
   Réduisez leur puissance qui nous déchire et nous égorge.
Voici les mères en larmes qui viennent se plaindre à vous,
   Demandant de ne plus avoir d'enfants, car ils ont emmené ceux qu'elles avaient.
Certains sont chassés de la terre paternelle,
   Et d'autres sont réduits en esclavage.
L'un pleure ses petits enfants, l'une son mari, l'autre sa femme,
   Le frère pleure sa soeur, et la soeur son frère.
Que leurs cris et leurs larmes arrivent enfin jusqu'à vous :
   Ne laissez pas l'infidélité turque les enlever tous.
Et vous, qui êtes le Dieu élevé [en croix], notre Seigneur,
   Et c'est à nous que vous avez donné la sainte Croix, pas à ceux qui ne vous connaissent pas ;
Vous nous avez tiré du péché et des mains du diable,
   Vous avez livré vos membres sur la Croix, rachetez le peuple fidèle.
Ne laissez pas les païens nous étouffer le pied sur la gorge,
   Ni nous terrifier et nous découper avec leurs sabres ;
Détournez ce fléau et cette guerre de nous
   Et réduisez la force innombrable des infidèles.
Et vous, douce Dame, priez votre Fils pour nous,
   Lui qui vous est né sans atteindre à votre virginité ;
Ne cessez pas de prier, à cause de toutes les âmes saintes,
   Que Dieu, ayant pitié de nous, chasse les maudits
Et qu'il brise la dureté de leurs coeurs furieux,
   Ou qu'il les tue, pour que nous ne périssions pas avec eux.
Ô Dame, défendez-nous devant votre Fils,
   C'est en vous qu'est notre espoir, et en personne d'autre ;
Ensuite, nous ayant délivré des impies,
   Accueillez-nous au ciel, sauvez-nous dans l'éternité.

  
    
La suite
 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Ecrivains

Repost 0
Commenter cet article