Le rail

Publié le 11 Avril 2010

Les débuts du chemin de fer

 

 

L’histoire des chemins de fer en Croatie est comparable à celle de la Slovénie, mais avec certaines spécificités. Les régions (Istrie et Dalmatie, Slavonie, Croatie centrale, Lika et Gorski Kotar) qui constituent ce pays ont subi jusqu’au XIXe siècle des influences étrangères (vénitienne, française, hongroise et autrichienne) multiples. Mais toutes seront intégrées à la double monarchie austro-hongroise de 1867 à 1918. Avant l’accord de 1867, qui entérine le partage de ces régions entre les composantes autrichienne et hongroise, le développement ferroviaire est plutôt mesuré.

 

Les priorités sont alors ailleurs, particulièrement du côté de Trieste. Il faut attendre 1861 pour que la Slavonie soit traversée sans réelle retombée par l’antenne Pragersko - Budapest et 1862 pour que les sections Dobova - Zagreb et Zagreb - Sisak du corridor Ljubljana - Belgrade soient mises en service (Vinkovci - Touarnik le sera en 1891). Passé 1867, une différence apparaît entre les régions sous contrôle autrichien ou hongrois. Les premières (Istrie et Dalmatie) sont concernées par des projets dénués de toute discrimination. Pula et Fiume (aujourd’hui Rijeka) sont desservis (via Pivka pour la seconde) dès 1873 par le Südbahn.

 

Les Autrichiens ambitionnent aussi de relier Ljubljana à Knin, à Šibenik et à Split via Karlovac, ce qui nécessite d’établir à partir d’Ogulin une section à travers la Lika et le Gorski Kotar, sous influence hongroise. Or les Hongrois, dont les chemins de fer exploitent la magistrale Budapest - Zagreb - Fiume [1] aussi à partir de 1873, entendent privilégier le seul débouché maritime qui leur est stratégique. Ils sont opposés à une desserte en voie de 1 435 mm de ports comme Metković et Dubrovnik. Préférant développer un réseau local à voie de 76 mm, ils retardent jusqu’en 1912 la mise en construction de la ligne pour Split, qui ne sera achevée qu’en 1925 par les Chemins de fer yougoslaves (JDZ). Il faudra aussi attendre les travaux menés après la Première Guerre mondiale et jusque sous Tito pour que Metković puis Ploče (qui le remplacera plus tard) soient raccordés au réseau à voie normale. [2]

 

Privée de l’Istrie, devenue italienne, la Croatie fait partie du royaume de Yougoslavie de 1918 à 1941. Elle sera ensuite divisée entre l’Italie fasciste (qui prend aussi une partie de la Dalmatie) et l’État indépendant de Croatie (un satellite du IIIe Reich), puis intégrée à la République fédérale socialiste yougoslave.

 

[1] Fiume alias Rijeka est sous influence hongroise dès 1867.

[2] Dubrovnik perd en 1976 son infrastructure ferroviaire.

 

 

Par Sylvain Meillasson

Source :  Rail passion n°147 - janvier 2010.  [document PDF] 

 

http://www.likaworld.net/photoalbum/albums/userpics/normal_1-Parnjaca.jpg

 

Le premier train pour Rijeka

 


Rédigé par brunorosar

Publié dans #Transport et tourisme

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article