Le patrimoine immatériel

Publié le 21 Novembre 2010

Une liste particulièrement variée


 

La Croatie comptait jusqu'à présent sept éléments de sa tradition inscrits au patrimoine immatériel de l'humanité par l'UNESCO. Parmi ceux-ci figurent la dentelle de Pague et la procession pascale "Chemin de Croix" sur l'île de Hvar.

Trois nouveaux éléments ont désormais été ajoutés à cette liste. En effet :

- L’art du pain d’épices en Croatie du Nord a été classé par l’UNESCO au patrimoine immatériel de l’humanité le 17 novembre 2010. Le pain d’épices est un gâteau au miel parfumé d’épices diverses apparues au Moyen Âge dans des monastères européens, et qui a gagné la Croatie. Appelé « licitarsko srce »¸  ce pain d’épice croate est moulé en forme de cœur, marbré d’un glaçage rouge et décoré de couleurs vives et joyeuses. Il était fabriqué à l’origine par les pain-d’épiciers qui faisaient commerce du miel et des bougies, dans le nord de la Croatie. Ce pain d’épice en forme de cœur est devenu l’un des symboles les plus reconnaissables de l’identité croate. Offrir du « licitarsko srce » à ses proches, à son entourage est une manière d’exprimer son attachement, son amour. Sa présence est indispensable à toutes les festivités, événements et rassemblements locaux, procurant à la population locale un sentiment d’identité et de continuité.http://click4you.com/zagreb/prod/images/articles/news/1180537922003/licitar_1.jpg


Si vous n’avez pas le temps d’aller à Zagreb pour déguster ce « licitarsko srce », redécouvrez les célèbres pains d’épices français de Dijon, de Reims et d’Alsace. C’est en Alsace que vous pourrez acheter du pain d’épice en forme de cœur, décoré, proche du « licitarsko srce ». (Source : positiveeatingpositiveleaving.blogspot.com)

- Le Sinjska Alka est un tournoi de chevalerie qui se déroule tous les ans depuis 1717 dans la ville de Sinj dans la région de Cetinska krajina. La joute consiste pour les chevaliers à lancer leur cheval au galop dans l’une des rues principales de la ville en visant de leur lance un anneau de fer suspendu à une corde. Le nom du tournoi vient de l’alka  ou anneau, un mot dont les origines turques reflètent la co-existence historique et les échanges culturels entre les deux civilisations. Les règles du tournoi, codifiées dans un règlement datant de 1833, prônent des valeurs éthiques et le fair play ; elles insistent sur l’importance de la participation à la vie de la communauté. Les participants doivent appartenir à des familles de Sinj et de la région de Cetinska krajina. L’ensemble de la communauté participe à la fabrication, la conservation, la restauration et la reconstitution des armes, des vêtements et des accessoires, afin de soutenir la perpétuation de la tradition. Des pratiques religieuses locales, des rassemblements sociaux, des visites familiales et des festivités dans l’intimité du foyer et à l’extérieur sont intimement liés au tournoi. Le Sinjska Alka est l’unique exemple qui perdure des anciennes joutes médiévales entre chevaliers qui ont eu lieu régulièrement dans les villes côtières croates jusqu’au XIXe siècle. Il est devenu une référence de l’histoire locale  et un moyen de transmettre la mémoire collective d’une génération à l’autre.

- Le chant Ojkanje à deux voix, répandu dans les régions croates de l’arrière-pays dalmate, est exécuté par deux ou plusieurs interprètes (hommes ou femmes) qui utilisent une technique de trémolo particulière venant de la gorge. Le chant dure aussi longtemps que le/la chanteur/chanteuse principal(e) parvient à retenir son souffle. Les mélodies sont basées sur des gammes tonales limitées, essentiellement chromatiques, et les paroles évoquent des thèmes divers allant de l’amour aux questions sociales et politiques du jour. Le chant Ojkanje doit sa survie aux groupes organisés de détenteurs locaux de la tradition qui continuent à transmettre les savoir-faire et les connaissances en représentant leurs villages aux festivals en Croatie et à travers le monde. Bien que le chant Ojkanje se transmette traditionnellement par oral, les moyens audiovisuels et l’apprentissage organisé au sein de groupes folkloriques locaux jouent maintenant un rôle croissant dans sa transmission. Cependant, la survie des techniques de vibrato individuel et des nombreuses formes de chant à deux voix dépend largement de la qualité et du talent des interprètes et de leur capacité à appliquer et à transmettre leur savoir aux nouvelles générations. Les conflits récents et l’exode rural vers les villes qui ont réduit la population de la région, ainsi que l’évolution des modes de vie, ont entraîné une brusque diminution du nombre d’interprètes, ce qui a entraîné la disparition de beaucoup de genres et styles archaïques de chant solo.

 

 

 

 

A noter que le chant Ojkanje a en outre été inscrit par l'UNESCO sur une liste à part, le "patrimoine immatériel menacé de survie", qui pointe les éléments à sauvegarder.



Rédigé par brunorosar

Publié dans #Divers

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article