Le Lycée serbe orthodoxe de Zagreb

Publié le 13 Août 2011

Le Lycée serbe orthodoxe de Zagreb


 

I. L'Eglise serbe ouvre un lycée à Zagreb

 
Zagreb est la première ville au monde qui comptera un lycée d’élite créé par l’Église orthodoxe serbe. Il sera fréquenté par des élèves de nationalité serbe, mais aussi par tous ceux qui auront réussi le difficile examen d’entrée. Ce lycée confessionnel suivra les programmes du ministère croate.

16 élèves de nationalité serbe parmi les plus talentueux des villes de Knin, Obrovac, Benkovac, Osijek, Vukovar et Zagreb seront bientôt assis sur les bancs de l’école Kantakuzina Katarina Brankovic, récemment ouverte dans la rue Bogoviceva de Zagreb, rapporte le journal Vecerni List.

« Au cours de la session d’inscription estivale, 25 lycéens se sont présentés. Parmi eux, 16 ont réussi le test d’entrée et vont s’inscrire dans une école qui perpétue une tradition bicentenaire d’activité éducative de l’Église orthodoxe serbe », déclare le père Milan Topic, directeur du Lycée Kantakuzina Katarina Brankovic.

Au cours de cette première session d’inscription, une lycéenne de nationalité croate s’est présentée. Mais elle n’a pas été retenue, à la suite du test d’entrée, très exigeant, tout comme sept autres élèves de confession serbe.

Ce lycée a été créé à l’initiative de Sa Béatitude le métropolite de Zagreb, Ljubljana et d’Italie, Mgr Jovan, en partenariat avec le ministère croate de la Science et de l’éducation. Son statut est public. « Les élèves qui suivront l’enseignement de ce lycée vont acquérir un savoir qu’on ne peut pas acquérir dans aucun autre lycée en Croatie », ajoute le père Topic.

« Les cours seront en langue serbe, mais selon le programme éducatif croate, qui sera enrichi d’enseignements issus de la culture religieuse orthodoxe. Les élèves auront la possibilité d’apprendre l’anglais, le russe, l’allemand et l’italien et, outre le latin qui sera optionnel, ils pourront suivre des heures de grecs et de slave ancien.

Le contenu de la riche culture religieuse orthodoxe serbe servira d’ossature à la volonté de préserver l’identité nationale et la culture au sein de ce lycée. Il est notable que les enseignements de langue seront assurés uniquement par des locuteurs de langue maternelle. Ceux-ci assureront, outre leurs heures de cours régulières, des activités libres et créatives », explique le père Topic.

Le diplôme du premier lycée serbe orthodoxe de Zagreb bénéficiera du même traitement que ceux des autres lycées de Croatie. Munis de ce diplôme, les élèves pourront s’inscrire dans n’importe quelle Université. Les professeurs qui travailleront dans ce lycée seront rétribués, comme ceux des autres lycées, par le ministère de la Science et de l’éducation.



Source : Courrier des Balkans
Mise en ligne le jeudi 18 août 2005. 

 

 

 

II. Au lycée orthodoxe de Zagreb des livres et des excursions gratuites

 

Bientôt dix nouveaux lycéens croates, après les neuf premiers de l'année dernière, sortiront de l'école munis de leur diplôme. En effet la seconde génération de bacheliers représentés par Tatjana, Milica, Dejan, Anja, Danijela... achèvent leurs études au Lycée serbe orthodoxe de Zagreb.


- Non, cette école n'est pas bien différente des autres, à part que les classes sont beaucoup plus petites. L'avantage est qu'ainsi on se côtoie plus entre nous et avec les professeurs, mais l'inconvénient c'est qu'ils nous interrogent davantage, plaisante Tatjana Dragičević, venue étudier à Zagreb depuis les environs d'Obrovac.

Sans insignes visibles depuis la rue

Le Lycée serbe orthodoxe Kantakuzina Katarina Branković diffère néanmoins beaucoup des autres lycées de la capitale. Le programme scolaire conventionnel est enrichi de matières en langue, histoire, art plastique et art musical serbes, et pour les 61 élèves des quatre classes tout est gratuit, que ce soit les livres, le matériel, le transport, les entrées pour des spectacles et des musées, ou encore les excursions et le logement dans les maisons d'étudiant.


- Nombre d'entre nous proviennent de familles qui y attachent de l'importance, par ailleurs les études dans la capitale nous ouvrent plus de possibilités - raisonne Dejan Gledić, de Gvozdo.


Depuis cinq ans qu'existe le Lycée serbe orthodoxe, situé en plein centre de Zagreb, sans aucun signe visible depuis la rue, les élèves n'ont pas eu à subir de sérieux déboires. Actuellement on en compte 10 dans la quatrième classe, 15 dans la troisième et 18 respectivement dans la deuxième et première.

 

http://www.vecernji.hr/slika-640x348/vijesti/u-pravoslavnoj-gimnaziji-besplatne-knjige-izleti-slika-162560

 

Nous vivons en maison [d'étudiants] comme tous les autres, on se fréquente, il n'y a pas de problème - déclare Milica Mijatović qui vient des environs de Vukovar. Tatjana rajoute : A la différence des petits milieux, à Zagreb on peut éviter le comportement primaire et le nationalisme.


De nos jours se sont estompés les messages déplaisants et injurieux sur les forums, l'étonnement manifestés par des proches envers les professeurs croates ayant décidé d'enseigner dans l'école orthodoxe ou toute autre réaction semblable datant de l'époque où l'école avait débuté ses activités. 


- Il a fallu un peu de temps mais aujourd'hui il n'y a plus de suspicion à l'endroit de notre école. Tous nous apprenons à respecter la différence, ce qui avec les jeunes est plus facile - déclare le directeur du lycée orthodoxe Mihailo Majk Žikić, né en Suisse, originaire de Pirot, et depuis trois ans Zagrébois.


Sur les bancs de son école les filles sont majoritaires et beaucoup d'élèves sont nés au sein de couples mixtes par leur nationalité. 


- Nous n'avons pas eu de demande mais il est évident que chez nous l'inscription est ouverte tout aussi bien à des enfants dont les racines ne sont pas serbes et orthodoxes. Nous disposons de pas mal d'atouts. Les cours sont individualisés, on travaille en petit groupe, les élèves ont accès à la bibliothèque de la métropolie de Zagreb-Lljubljana, laquelle est riche en vieux manuscrits et permet des travaux de recherches scientifiques, en outre notre diplôme donne autant accès aux facultés croates que serbes, dit le directeur Žikić pour vanter les avantages de son école.


Tous les bacheliers sortis l'année dernière se sont inscrits dans les facultés (dont une de théologie), et leurs homologues de cette année nourrissent les mêmes ambitions.

Peu d'enfants originaires de Zagreb


- Il est désormais clair que le Lycée serbe orthodoxe n'est pas une école théologique, comme certains l'avaient cru au début - déclare Žikić. L'intérêt auprès des élèves ne cesse de se renforcer, et d'ici deux ans, lorsqu'il est prévu que le lycée se sera installé dans un nouvel espace aménagé pour deux cent élèves, on s'attend à ce qu'il y ait plus d'enfants de Zagreb.



Source : vecernji.hr, le 2 mai 2010.

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Serbie-Croatie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article