La vallée de la Drave

Publié le 29 Décembre 2011

Coopération transfrontalière hongro-croate dans la vallée de la Drave

 

Sur la rive croate de la Drave, l’espace naturel le plus intéressant est le parc naturel de Kopacki rit, au confluent du Danube, qui couvre au total 22 894 hectares et comprend dans son enceinte une réserve zoologique exceptionnelle. Bien que cet espace ne soit protégé que depuis 1967, Kopački rit est étudié sous tous les angles depuis le milieu du XIXe siècle. Son relief a été façonné par les crues, qui ont formé des étangs ou plutôt des bras, qui donnent l’impression d’un delta intérieur. Cet habitat de zones humides est idéal pour la biodiversité. Il est d’une extrême importance pour les oiseaux aquatiques migrateurs et sert de lieu de reproduction pour les poissons du Danube et de la basse Drave. Plus de 2 000 espèces y ont été recensées à ce jour, dont 291 espèces d’oiseaux, 44 de poissons, 400 de plantes et 400 de vertébrés.

 

Les autres zones protégées de la vallée de la Drave sont le parc forestier de la Drave près de Varaždin, la réserve zoologique exceptionnelle de Veliki Pažut au confluent de la Drave et de la Mur, le paysage protégé de Čambina,  le monument naturel de Repaš, quatre paysages protégés en amont de Virovitica (Križnica, Jelkuš, Širinski otok et Vir), le monument architectural du parc de Noskovačka Dubrava près de Čađavica, la réserve ornithologique de Podpanj près de Donji Miholjac et de nombreux sites faisant partie du réseau Natura 2000. Une procédure de déclaration a été entamée en 2008 pour assurer la protection d’une portion entière du cours de la Drave, qui engloberait tous les sites susmentionnés. Cette procédure place préventivement toute la zone concernée sous protection.

 

Les difficultés qui se posent actuellement pour la préservation du paysage dans la vallée de la Drave viennent en premier lieu de la rivière elle-même. Bien qu’elle ait fait l’objet d’un certain nombre d’interventions au cours du siècle dernier, elle a, encore aujourd’hui, l’aspect d’un cours d’eau naturel. Au fil du temps, les méandres coupés, les barrières et les digues de pierre installées se sont fondus dans le paysage. A l’avenir, de nouveaux ouvrages hydrauliques devront toutefois être créés en fonction des mouvements du cours d’eau pour prévenir les risques d’inondation de zones urbaines et d’infrastructure.

 

Le fait que la Hongrie ait placé l’intégralité de ce territoire sous protection dans un parc national et que la Croatie ait, elle aussi, pris des mesures pour protéger une zone plus vaste permet de préserver la valeur originelle de ce paysage. 

 

Le dragage de la Drave est encore pratiqué à certains endroits, aussi bien en Hongrie qu’en Croatie, ce qui nuit au paysage. Le but est à la fois de réguler la rivière et protéger les berges, mais aussi de prévenir les crues. Toutefois, la poursuite de cette pratique dans les zones protégées du parc national à ces fins de protection est jugée inutile et excessive à long terme. De plus, la navigation n’étant pas appelée à se développer sur cette portion de la rivière, le dragage ne se justifie pas. Si les rives concernées deviennent propriété de l’Etat, l’érosion naturelle des berges ne sera plus un problème non plus. En certains endroits, les sites de dragage ont un effet dommageable, car les navires de dragage, les engins de transport et les structures terrestres érigées à cet effet provoquent une rupture dans le paysage naturel.

 

De vastes étendues naturelles des bords de la Drave sont malheureusement le théâtre d’activités non autorisées, comme la construction de bâtisses qui détonnent dans le paysage et de structures destinées à la pêche et à d’autres activités récréatives, ou encore le déversement d’ordures ménagères. Ce problème pourrait être résolu par la révision de la réglementation locale en matière d’urbanisme et du plan d’aménagement, en concertation entre les propriétaires des terres situées le long de la rivière, les organismes chargés de la gestion de l’eau, les pêcheurs et l’autorité chargée de la protection de la nature. 

 

Dans le parc national Danube-Drave, certaines étendues de terres agricoles et arables situées le long de la Drave nuisent à la préservation du paysage et de la nature. Elles ont, à l’époque, pris la place de forêts-galeries et sont encore utilisées de manière intensive. Depuis que le parc national a été créé et que les terres sont devenues propriété de l’Etat, la surface des terres agricoles en zone protégée a diminué car elles ont été classées dans d’autres catégories d’exploitation des sols et ont été, selon les cas, reconverties en pâturages ou en forêts. Mais ce processus pourrait durer encore longtemps. Le caractère naturel des forêts du parc national est extrêmement variable. Si l’on trouve par endroits des forêts-galeries florissantes avec une faune et une flore très riches, d’autres parties regorgent d’espèces adventices et/ou envahissantes. Ces forêts constituent un patrimoine naturel de faible valeur ; même du point de vue paysager, leur peuplement est de peu d’intérêt. Le remplacement de certaines espèces d’arbres et la transformation structurelle de la forêt sont des solutions à envisager pour accroître la superficie de peuplements forestiers presque naturels.

 

La Stratégie croate d’aménagement du territoire (1997) prévoyait la construction d’une nouvelle centrale hydroélectrique à Novo Virje. Le grand public, ainsi que les spécialistes et les ONG de protection de l’environnement étant opposés à ce projet, la construction de cette centrale n’a toujours pas commencé. Elle causerait des dommages irréparables à la flore et à la faune du cours inférieur de la Drave et transformerait le paysage de manière indésirable. Etant donné que la Croatie doit définir une nouvelle stratégie d’aménagement du territoire, un accord est possible sur cette question, compte tenu des autres moyens de production d’énergie électrique et des nouvelles initiatives transfrontalières dans le domaine de la protection de l’environnement.

 

 

Source : Futuropa (n°2, 2010) - Paysage et coopération transfrontalière. [document PDF]

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Hongrie-Croatie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article