La navigation intérieure dans le bassin du Danube

Publié le 7 Octobre 2011

 

La navigation intérieure dans le bassin du Danube

 

 

La flotte de navigation intérieure croate est nettement plus petite que la flotte serbe : elle comprend environ 100 bateaux. Les entreprises étrangères jouent un rôle très important dans les transports. La part de remorqueurs et de pousseurs est plus faible qu'en Serbie, mais en contrepartie la part d'automoteurs plus importante. Au contraire de la Serbie, le volume de la flotte croate n'a pas diminué ces dernières années.

Il existe en Croatie quatre ports intérieurs qui se répartissent sur les trois cours d'eau (Danube, Save et Drave).

Le port de Vukovar a perdu ces dernières années un volume important de transbordements, suite à la quasi-disparition des transbordements de minerais et de charbons. La raison en est la modification des itinéraires logistiques d'approvisionnement d'une aciérie en Bosnie-Herzégovine.

En 2010, après plusieurs années de recul, le trafic a progressé de 74.000 tonnes (+62% par rapport à l'année précédente). Cette reprise est principalement due à l'ouverture d'une nouvelle usine d'engrais à Vukovar. Le transport de conteneurs pourrait également favoriser dans l'avenir la reprise de l'activité du port. Certes, la ligne régulière entre Budapest et Constantza ne dessert actuellement pas encore de ports en Croatie.

En raison des données imprécises dont on dispose pour la Croatie, il n'est pas possible d'établir un bilan détaillé par groupes de marchandises. Mais on peut en tout cas dégager une caractéristique essentielle : en Croatie, la part des produits agricoles est plus faible qu'en Serbie, tandis que les produits pétroliers jouent un rôle plus important en termes de volumes transportés.

L'industrie pétrolière est concentrée sur Sisak. On y trouve l'une des deux raffineries croates (la deuxième raffinerie du pays se trouve dans le port maritime de Rijeka). L'installation de Sisak traite à la fois du pétrole importé et du pétrole extrait dans le pays. Le pétrole croate provient des champs de pétrole de Slavonie et est apporté à la raffinerie par les voies navigables. Ces transports constituent actuellement le principal volume de transbordement du port de Sisak.

 

 

 

 

 

  Entreprises et emplois

  
En Croatie, il n'existe actuellement que deux armements et environ 20 à 25 entreprises de batellerie artisanale. Le plus gros armement est Dunavski Lloyd, dont le siège est à Sisak sur la Save. Il dispose d'une flotte de 57 bateaux. Le deuxième armement est l'entreprise Dunavska Plovidba, fondée seulement en 2007 et dont le siège est à Vukovar.

Entre 2000 et 2007, les transports de Dunavski Lloyd ont triplé, passant d'environ 200.000 tonnes à près de 600.000 tonnes. La crise a provoqué des baisses en 2008 et 2009, de sorte qu'environ 400.000 tonnes seulement ont été transportées en 2009.

Les capacités et le niveau technique de la flotte croate ne suffisent pas à répondre à la totalité de la demande de transport. C'est la raison pour laquelle la part des entreprises étrangères de navigation fluviale dans la prestation de transport est égale à quatre fois celle des entreprises du pays.

Ces dernières années, les entreprises de navigation fluviale qui opèrent dans le pays ont subi une taxe spéciale sur le carburant Diesel. En effet, à la différence de la plupart des autres pays disposant d'une navigation intérieure, il n'existe pas en Croatie d'exonération de l'impôt sur les produits pétroliers. Les entreprises de navigation intérieure qui opèrent exclusivement dans le pays ont donc des coûts de carburants plus élevés que celles qui effectuent des transports internationaux et peuvent ainsi acheter leur carburant à l'étranger.

Concrètement, lorsqu'elles achètent du carburant pour leurs bateaux en Croatie, les entreprises doivent verser une taxe de 1,2 kuna (environ 1,13€) par litre (nom officiel : Naknada za autoceste = taxe pour les routes et autoroutes). Comme son nom l'indique, le produit de cette taxe est utilisé pour la construction de routes et d'autoroutes. Cela correspond en fait à une subvention indirecte de la navigation intérieure pour le transport routier de marchandises.

Toutefois, après des années de protestations de la branche de la batellerie, le Gouvernement a lancé fin novembre 2010 le programme de subvention "State Aid Scheme for Inland Navigation Shippers in National Traffic", qui prévoit le remboursement en fin d'année des taxes versées pour le carburant. Ce programme a été accordé pour une période de 3 ans (2010-2012), avec une possibilité de prolongation.

 

 



Source : La navigation intérieure européenne [document PDF]


 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Transport et tourisme

Repost 0
Commenter cet article