La mort de Smaïl-aga Čengić

Publié le 9 Avril 2012

La mort de Smaïl-aga Čengić

d'Ivan Mažuranić

 

 

 

Le chef-d’oeuvre d’Ivan Mažuranić, La mort de Smaïl-aga Čengić, est un poème historique en cinq chants, de 1.134 vers au total, dont le sujet est pris dans l’histoire contemporaine. Il traite un épisode de la lutte séculaire contre l’oppresseur : la mort d’un tyran monstrueux et courageux (trait romantique : aujourd’hui les tyrans monstrueux sont représentés plutôt comme des lâches). Le poème de Mažuranić est aussi animé par un patriotisme ardent, mais plus retenu que celui de Njegoš. Sans avoir l’envergure de celui-ci, sans avoir surtout sa pensée et son éloquence, l’auteur de La mort de Smaïl-aga Čengić reste un artiste consommé dont l’art subtil devance déjà la manière romantique.

 

Les œuvres poétiques de Njegoš et de Mažuranić, tout en reflétant un état d’esprit ou une conception artistique propre aux poètes romantiques tels que Byron, Lamartine ou Pouchkine, sont tout à fait originales et profondément nationales. Cela provient en premier lieu du génie de Njegoš et du grand talent de Mažuranić, mais aussi de leur union intime avec la vie du peuple et de leur connaissance parfaite de la poésie populaire, devenue à cette époque la substance même de la littérature serbo-croate.

 

 

Source : La note serbo-croate dans le romantisme européen, par Nikola Banašević

 

 

 

Chant I

 

 

Dans son petit château de Stolatz en Herzégovine, l’aga Smaïl Tchenguitch appelle ses serviteurs : « Holà ! holà ! mes serviteurs ! Amenez-moi les montagnards que j’ai fait prisonniers sur les bords de la froide Moratcha. Amenez-moi aussi le vieux Dourak qui m’a conseillé, le misérable, de les laisser en liberté. Car les Vlahs, m’a-t-il dit, sont terribles, et ils se vengeront cruellement sur ma tête de la mort de leurs frères. Comme si le loup farouche, pense-t-il, craignait le rat affamé de la montagne ! »

 

 

Source : bibliotheque-russe-et-slave.com

 

 

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Littérature et médias

Repost 0
Commenter cet article