Ivo Sanader

Publié le 11 Mars 2013

1. L'ex-Premier ministre croate écope de 10 ans de prison

 

 

 

Reconnu coupable de corruption, l'ancien premier ministre Ivo Sanader devra aussi s'acquitter d'une amende de 3,6 millions de kunas (près de 574'000 francs suisses) à «payer à la république de Croatie dans un délai de quinze jours».


 

L'ancien tout puissant premier ministre croate Ivo Sanader a écopé mardi d'une peine de dix ans de prison dans un procès pour corruption dont les tentacules s'étendent en Hongrie et en Autriche. L'affaire est étroitement surveillée par l'UE, que Zagreb est appelé à intégrer en 2013.

 

«L'inculpé Ivo Sanader est condamné à une peine de dix ans de prison», a déclaré le juge Ivan Turudic, alors que l'ex-chef du gouvernement écoutait, le visage grave, l'énoncé du verdict. Le parquet avait réclamé une peine de 15 ans de prison.

 

L'ancien premier ministre devra également s'acquitter d'une amende de 3,6 millions de kunas (près de 574'000 francs) à «payer à la république de Croatie dans un délai de quinze jours».

 

Ivo Sanader, 59 ans, qui a dirigé deux gouvernements conservateurs (2003-2009), et dont l'action politique a conduit la Croatie au seuil de l'adhésion à l'Union européenne, est le premier dignitaire de ce rang à être jugé pour corruption dans son pays.

 

Artisan de l'intégration de son pays dans l'OTAN en 2009, il est accusé d'avoir touché plus de douze millions de francs afin d'assurer au groupe MOL le contrôle de la compagnie pétrolière croate INA, sans en posséder la majorité des parts. Le PDG de MOL, Zsolt Hernadi, soupçonné d'avoir versé ce montant à M. Sanader, avait lui été blanchi par la justice hongroise en janvier.


 

Commission de plus de 580'700 francs

 

Ivo Sanader est également condamné pour avoir illégalement touché plus de 580'700 francs de commission sur un crédit octroyé à la Croatie par la banque autrichienne Hypo Alpe Adria Group pendant le conflit serbo-croate (1991-1995) ayant suivi la proclamation d'indépendance de Zagreb. Il était alors ministre adjoint des Affaires étrangères.

 

Durant le procès, Ivo Sanader qui a plaidé non coupable, a affirmé être victime d'un «procès politique» et d'une «chasse aux sorcières». Ses avocats avaient demandé son acquittement et souligné que les accusations contre leur client n'avaient pas été prouvées.

 

La justice croate instruit au total cinq dossiers contre Ivo Sanader pour des affaires de corruption et d'abus de pouvoir.


 

Exclu du parti

 

Peu avant son inculpation en décembre 2010, à la demande de la justice croate, Ivo Sanader avait été arrêté en Autriche, qui l'a extradé ultérieurement vers son pays. Il a passé une année en détention provisoire, avant d'être libéré sous caution, un mois après le début de son procès en décembre 2011.

 

Ebranlé et éclaboussé par ces scandales, le parti que Ivo Sanader a conduit au pouvoir en 2003 après quatre ans dans l'opposition, l'a exclu de ses rangs, après avoir perdu les législatives de décembre 2011 au profit de l'actuel pouvoir social-démocrate.

 

La lutte contre la corruption est un domaine surveillé de près par Bruxelles dans ce pays qui est appelée à adhérer à l'Union européenne en juillet 2013.

 

Ivo Sanader est le deuxième ex-Premier ministre d'Europe du sud- est a être condamné pour corruption, après l'ex-chef du gouvernement roumain Adrian Nastase (2000-2004) qui a écopé en 2012 d'une peine de deux ans de prison ferme, qu'il purge actuellement.


 

Source : 24heures.ch, le 20 novembre 2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

2. Nouvelle condamnation pour corruption de l'ex-Premier ministre Ivo Sanader

 

 

L'ex-Premier ministre croate Ivo Sanader, déjà condamné pour corruption, ainsi que son ancien parti conservateur (HDZ) ont été déclarés coupables mardi d'avoir détourné dix millions d'euros de fonds publics, par un tribunal de Zagreb.


 

M. Sanader a écopé de neuf ans de prison.


 

Il s'agit de la deuxième condamnation de M. Sanader pour corruption. En 2012, il avait été condamné à dix ans de prison pour avoir touché des pots-de-vin de plusieurs millions d'euros du géant énergétique hongrois MOL.


 

La juge Ivana Calic l'a déclaré coupable d'avoir mis en place un système visant à détourner des fonds obtenus de sociétés publiques.


 

M. Sanader était accusé d'avoir ordonné entre 2003 et 2009 aux directeurs de plusieurs compagnies d'État de conclure des contrats avec une entreprise privée Fimi Media et de payer des services fictifs détournant ainsi pour lui-même et vers des caisses noires du HDZ dix millions d'euros.


 

Des avoirs acquis illégalement par l'ancien Premier ministre, estimés à deux millions d'euros, seront saisis, dont des comptes en banque de M. Sanader et de membres de sa famille, des oeuvres d'art et des voitures, selon le verdict.


 

Quatre autres personnes, également inculpées dans ce procès, Ratko Macek, ancien porte-parole de la formation, Mladen Barisic, Branka Pavosevic, l'ancien trésorier et sa chef comptable, et la dirigeante de Fimi Media, Nevenka Jurak, ont été condamnées à des peines allant de un à trois ans de prison.


 

Le HDZ a été condamné à une amende de 3,1 millions d'euros et l'entreprise Fimi Media, qui a servi à réaliser ces détournements, sera fermée. Il s'agit du premier procès depuis l'indépendance de la Croatie en 1991 dans lequel un parti politique est visé pour corruption.


 

"M. Sanader a trahi la confiance que lui ont accordé les citoyens et les conséquences de ses actes se font sentir aujourd'hui encore", avait dit la procureur Zeljka Motescak dans son plaidoyer.

 

 

 

Source : quebec.huffingtonpost.ca, le 11 mars 2014.

 

 

 

 

 

3. Corruption: une condamnation contre un ex-Premier ministre croate annulée


 

La Cour constitutionnelle croate a annoncé lundi avoir annulé un jugement prononcé en appel contre l’ex-Premier ministre Ivo Sanader, condamné à 8 ans et demi de prison pour corruption, et ordonné la tenue d’un nouveau procès.

La Cour a justifié sa décision notamment par la « violation du droit à un procès équitable » et du droit de l’ancien dirigeant d’être jugé selon un code pénal plus clément, lit-on dans un communiqué.

La Cour constitutionnelle souligne toutefois qu’elle n’a pas examiné les faits reprochés à M. Sanader, ni sa culpabilité, mais uniquement le respect du « cadre légal », de la Constitution croate et de la Convention européenne des droits de l’Homme.

L’ancien Premier ministre croate, 62 ans, a été condamné en novembre 2012 par le tribunal régional de Zagreb à 10 ans de prison pour corruption au terme d’un procès ayant des implications en Hongrie et en Autriche.


 

Source : lesoir.be, le 27 juillet 2015.

 

 

 

 

4. Croatie : un ex-premier ministre libéré 

 

 

 

L'ancien premier ministre croate Ivo Sanader a été remis en liberté sous caution mercredi après l'annulation par la Cour suprême de Croatie de sa condamnation à neuf ans de prison pour corruption et sa décision d'ordonner un nouveau procès.
 

"Je ne fais plus de politique, c'est terminé, je vais me concentrer pleinement sur les procès à venir et je suis convaincu que je vais les gagner", a déclaré Ivo Sanader à la presse devant la prison de Zagreb où il était incarcéré depuis trois ans.

Ivo Sanader, 62 ans, ainsi que son ancien parti conservateur (HDZ) avaient été déclarés coupables en mars 2014 d'avoir détourné dix millions d'euros de fonds publics. Début octobre, la Cour suprême a annulé sa condamnation à neuf ans de prison et ordonné un nouveau procès en raison de la violation "du droit à un procès équitable". Ivo Sanader a été remis en liberté contre le versement d'une caution de 1,7 million d'euros.

Son procès a été l'un des plus importants procès de corruption depuis l'indépendance de la Croatie en 1991. D'autres condamnations pour corruption de Ivo Sanader, qui fut premier ministre de 2003 à 2009, ont été annulées par la Cour suprême qui a également ordonné de nouveaux procès.

 

 

 

Source : lefigaro.fr, le 25 novembre 2015.

 

 


 

5. L'ex-Premier ministre rejugé pour corruption
 

 

La justice croate a ouvert lundi un nouveau procès pour corruption contre l'ancien Premier ministre Ivo Sanader, remis en liberté sous caution après l'annulation par la Cour suprême de sa condamnation à 9 ans de prison.

Début octobre, la Cour suprême avait estimé que le "droit (de Sanader, ndlr) à un procès équitable" avait été violé et ordonné la tenue d'un nouveau procès.

 

"Fabrication"

Ivo Sanader, 62 ans, ainsi que son ancien parti conservateur (HDZ) avaient été déclarés coupables en mars 2014 d'avoir détourné dix millions d'euros de fonds publics. Il avait été remis en liberté en novembre dernier contre le versement d'une caution de 1,7 million d'euros, après avoir passé trois ans en prison.

L'ex-Premier ministre, ainsi que quatre autres accusés, dont trois responsables du HDZ, ont plaidé non coupables lundi. Sanader a qualifié le procès de "fabrication".

Ivo Sanader a dirigé deux gouvernements conservateurs (2003-2009). Son action politique avait conduit la Croatie dans l'OTAN en 2009 et au seuil de l'Union européenne, qu'elle a intégrée en 2013.

 

 

Source : rtbf.be, le 6 juin 2016. 

 

 

Suite

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Hommes politiques, #militaires et diplomates

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article