Ivan Gundulić

Publié le 11 Novembre 2009

                                                 Ivan Gundulić   (ou Dživo Gundulić)


 

Poète né à Raguse en 1589 et mort dans la même ville en 1638.

 

D'origine patricienne, Ivan Gundulić (prononciation en croate) occupait de hautes fonctions dans le gouvernement de la République de Raguse. Auteur de poèmes d'amour et de drames en vers, il est surtout célèbre pour un poème religieux (Les Larmes du fils prodigue, 1622) et une pastorale patriotique (Dubravka, 1628). Catholique fervent et grand patriote dans l'esprit de la Contre-Réforme, il chante l'indépendance de Raguse. L'oeuvre la plus volumineuse de Gundulić, Osman, exprime ses idées chrétiennes et morales d'une part et nationales de l'autre. L'épopée Osman touche aux problèmes les plus graves de l'Europe d'alors : la position du monde slave et l'attitude des chrétiens vis-à-vis de l'Islam.

 

 

 

Objavi, Danice, jasni zrak objavi,

Čuj tihe vjetrice u ovoj Dubravi ; 

Pršat su počeli po listju zelenu 

Zovući dan bijeli i zoru rumenu. 

O zvijezdo, najdraži od neba uresu, 

Ukaži se, ukaži ! Raskoše tve gdje su ? 

Zuđena Danice, objavi se, objavi ! 

I zvijeri i ptice, svaki te glas slavi ;

Sve te oči gledaju i srca tva hlipe 

Da nas svijeh obsjaju svjetlosti tve lipe, 

Da nam prije svane dan, blagi dan svečani,

I žuđen i čekan u ovoj svoj strani. 

 

Le matin   (fragment)

 

Etoile du matin, qui la clarté ramènes, 

écoute les petits vents qui jouent dans ce Bois. 

Sur le vert feuillage a frissonné quelque chose

qui appelle le jour blanc et la rose aurore. 

Ô, Etoile, du ciel la plus belle parure, 

montre-toi, apparais, où sont tes purs joyaux ? 

Nous t'espérons, Etoile, viens, annonce-toi ! 

bêtes du ciel ou du sol, chaque voix te chante ; 

les yeux sont fixés sur toi, les coeurs te désirent ; 

que nous soyons illuminés par ta lumière, 

qu'il naisse au plus tôt, ce jour doux et solennel, 

tant désiré et attendu sur cette terre... 

 

Ivan Gundulić, Dubravka, ou le Bois.

Traduit par Janine Martillon.

 

Recueilli dans La Poésie croate des origines à nos jours, Seghers, 1972. 

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Ecrivains

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article