Dragan Aleksić

Publié le 20 Décembre 2009

Dragan Aleksić


Ecrivain yougoslave né à Korenica dans le village de Bunić le 22 décembre 1901 et mort à Belgrade le 22 juillet 1958. y171171077521571550.jpgDragan Aleksić récite à Prague en 1921 le premier manifeste du dadaïsme yougoslave, Orgart, qu'il envoie à Ernst, Hausmann, Huelsenbeck, Schwitters et Tzara. Les membres du groupe dada yougoslave se nomment Mihajlo S. Petrov, Dragan Slezinger, Vido Lastov, Dragan Sremac, Slanko Stanić, A. Milinković.

Aleksić collabore à la revue Zenit (Belgrade, 1921-1926) et fonde à Zagreb en 1922 deux revues (des numéros uniques) d'esprit dadaïste, Dada-Tank à laquelle collaborent Tzara, Schwitters, Huelsenbeck, et Dada-Jazz également ouverte à Dada, avec la collaboration de Tzara notamment.

Aleksić publie de la poésie phonétique en "langue internationale dada" dans la revue Ma de Lajos Kassak (Vienne) en mai 1922. Le premier octobre 1922, à l'hôtel Slavonija de Vinkovci, il organise une soirée avec de la musique "Dada Jazz" pour lancer sa revue Dada-Tank. D'autres soirées dadaïstes ont lieu cette même année dans de petites villes, Eszék (Osijek) et Szabadka (Subotica). Un Club Dada des jeunes artistes est fondé dans la librairie Reich à Osijek. Dragan Aleksić compose une autobiographie pour le numéro 4 de la revue Večnost (Eternité) à Belgrade en 1926.

Source : Henri Béhar, Catherine Dufour - Dada circuit total - Dossiers H, L'AGE D'HOMME, 2005, p. 644.


***

Traduction d'une lettre de Dragan Aleksić adressée à Tristan Tzara (1922). On peut  notamment y constater que l'auteur ne s'ennuie guère avec les majuscules :

Yougo-Dada
 
[le 20 août 1922]

   chez monsieur tzara !
   aujourd'hui 20 août nous avons donné une grande dada-matinée.
Cette matinée a eu lieu à OSIJEK (une ville d'environ 80000 habitants) avec une dada-monstre publicité, nous avons rempli un grand cinéma, et nous nous sentions très gais sur la scène. Matinée débute à 10h30. A 10h je suis [toujours] seul, le train avec huit autres dada-stars n'est pas encore arrivé, et tous les billets sont vendus. J'attends en vain, 11h30 et toujours personne. Le train est en grand retard, le public siffle, sort. Je dois commencer mon exposé avec mon tempérament. Toujours pas un manuscrit, ni un tableau. 11h : oui, maintenant la situation change : les dadaïstes entrent avec bruit : moi, avec mon exposé, je deviens inutile et je descends dans le public. Le chaos s'arrête. Certains sifflent encore, les autres applaudissent. Très bien.
   Le tour est aux récitations : poèmes de :
d. aleksić, mee. tarr, vuna milinković
s. slesinger, vido lastos, m.s. Petrov
m. reich, t. tzara, walt [er] mehring
on siffle applaudit bien on crie.
nos tableaux :
   m. s. petrov, d. aleksić, raoul hausmann.
f. picabia, moholy nagy, arp.
publicum crescendo furioso.
   Les drames les drames les drames : c'est quelque chose, plus de 8 drames joués avec les vrais tours de passe. Publicum : lignum atremens.

   Nous rentrons vite à la maison, nous sommes satisfaits, notre cote est en hausse, et celle de la bourgeoisie est en baisse.
   cher monsieur tzara, je dois vous dire que nous avons été les gens les plus intéressants. Nous avons par exemple récité au public les contes d'Homère et de Sallustre. Ouais.
   Je vous envoie les critiques parues dans les journaux d'Osijek. Ce sont les documents sur les premières dada matinées dans la SHS [le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes].
   S'il vous plaît envoyez-moi de nouvelles éditions de dada-monde.
   Je vous apporterai ou enverrai tous nos documents.
   Maintenant nous allons organiser des soirées à NOVI SAD, à SUBOTICA, à ZEMUN et à BELGRADE : en tout [pour] circa 500000 habitants.

                           Vous recevrez toutes les nouvelles rapidement
                                    Avec dada-salutations :
                                         D. ALEKSIĆ
                                           20. VIII

                                     Vinkovci. Trg Slobode. 1SHS

                                             (traduit par Branko Aleksić)



Rédigé par brunorosar

Publié dans #Ecrivains

Repost 0
Commenter cet article