Bruno Mascarelli

Publié le 18 Juin 2012

Bruno Mascarelli

 

 

Bruno Mascarelli est né à Sarajevo en 1926, de «formation classique» comme il se plait à le dire, il suit ses études à l’Académie des Beaux Arts de Belgrade à l’atelier sculpture, qu’il prolonge à l’Académie des Beaux Arts de Zagreb où il se consacre entièrement à la peinture.
En 1947, Il rend publiques ses oeuvres en participant à la grande exposition «Le printemps de Zagreb». «Maskarel» est au début des années cinquante l’un des plus grands espoirs de la peinture Yougoslave. De Zagreb à Belgrade en passant par Sarajevo, les plus grands critiques consacrent de nombreux articles à son travail.


Homme discret et hors de son temps, il voue toute sa vie à la peinture qu’il associe dans les années soixante à de nombreux voyages qui enrichiront très vite sa vision du monde et donc ses retranscriptions picturales. Peintures aux couleurs intenses, exaltant la passion pour la vie, passion qui trouve son équilibre entre puissances des tons et jeux de transparence qui créeront toute la poétique de son oeuvre. Nous ne pouvons oublier, en regardant sa peinture, ses origines méditerranéennes, empreintes de nostalgie, d’authenticité mais aussi de modernité. Le traitement du paysage reste un de ses sujets de prédilection, paysages réels ou imaginaires, masse de couleur, puissance étendue, laisse le choix au spectateur d’y trouver sa propre représentation du monde. La figure féminine est aussi une ligne directrice de son oeuvre : Femmes Byzantine, Levantine, Dinarique ou d’Istrie, érigées sur la toile sous forme de totem mystifié, tourmenté peut-être. Elles sont avant tout un symbole de maternité, symbole récurant dans son oeuvre.

 

http://www.akademija-art.hr/galerija/var/albums/izlozbe/izlozbe2011/12dec2011/erex_11/bruno_mascarelli.jpg?m=1322815725


Les années quatre-vingt homogénéisent l’écriture par la concentration créative qui reflète l’ensemble de son expérience de peintre. Il est question d’une maturité qui ne peut être que le fruit de la contemplation des possibilités sédimentaires des oeuvres, qu’il a recréé et transformé au cours de plus de trois décennies de création. Sa peinture est entourée d’un contour singulier.
L’auto-conscience d’un code pictural basé sur le modèle archétypal du paysage istrien, fort et dramatique, s’affirme. Le modèle a longuement évolué, recyclé par l’écriture surréaliste de l’automatisme dynamique, tel qu’il apparaît dans l’antinomie entre les structures graphiques et dynamiques.

A partir de 1951, Bruno Mascarelli a présenté une centaine d’expositions personnelles et de groupe dans différents pays du monde entier.


 

Source : espacebeaurepaire.com

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Peintres

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article