August Cesarec (II)

Publié le 5 Avril 2010

August Cesarec et la culture soviétique 

 

 

A l'époque où August Cesarec a assisté au IVe Congrès de l'Internationale communiste (5 octobre au 5 décembre 1922), il était connu en Yougoslavie comme poète formé au sein de l'expressionnisme, comme prosateur associant des thèmes sociaux et psychologiques, avec des traces de l'influence de Dostoïevski, mais surtout comme rédacteur, avec Miroslav Krleža, de la revue littéraire et culturelle bimensuelle Plamen (La Flamme) (1919) qui représenta pendant un certain temps dans les milieux yougoslaves l'orientation culturelle de gauche, et qui mena une lutte intensive bien que brève, contre le nationalisme et le cléricalisme, contre la conception "mondaine" de la littérature, et contre les mythes nationaux dans la tradition littéraire ; cette revue a, en particulier, popularisé les idées de la Révolution d'Octobre. Plamen fut bientôt interdite sur ordre du gouvernement yougoslave et ce n'est qu'en 1933 que Krleža et Cesarec eurent la possibilité de refaire paraître une nouvelle revue littéraire de gauche, la Književna republika (La Republique littéraire). C'est précisément dans cette revue que seront publiés les articles de Cesarec les plus importants concernant l'art soviétique. [1] 

 

http://www.library.yale.edu/slavic/croatia/literature/Plamen_title_m.jpg

 

Cesarec avait déjà manifesté une sérieuse connaissance de la culture russe. On sent souvent dans ses nouvelles l'influence de Dostoïevski. Dans sa jeunesse il s'enthousiasma pour les oeuvres de Maxime Gorki, dont il traduisit en 1921 Les Bas-Fonds ; dans ses articles, il évoquait déjà les problèmes de révolution culturelle de la Russie d'après Octobre (cf. "Bolševizam i Kultura") (Bolchevisme et Culture), Nova istina (Vérité nouvelle), 1919).

 

Cesarec partit pour la Russie afin d'assister au IVe Congrès du Komintern mais il y resta plus longtemps, jusqu'au mois d'avril 1923, et à son retour en Yougoslavie, il fut arrêté à la frontière de Maribor. Pendant son séjour en prison, il a ébauché dans son esprit et projeté d'écrire un livre sur la Russie soviétique, mais ce projet ne fut pas réalisé. Et les nombreux articles qu'il publia en 1923 et 1924 dans les journaux et les revues ne seraient que des fragments de cet ouvrage qui ne fut qu'ébauché. [2]

 

***

 

[1] En tant qu'homme politique, Cesarec fut le Délégué au Congrès du Parti communiste yougoslave de 1920 à Vukovar, et il fit partie également du comité de rédaction de l'organe du Parti, Novi Svijet (Le Monde nouveau).

[2] Les informations sur Cesarec ont été empruntées au professeur Vice Zaninović, qui prépare une importante monographie sur cet écrivain.

 

 

Extrait de A. Cesarec, témoin des transformations de l'art soviétique pendant les années vingt   

Source  [document PDF]

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Littérature et médias

Repost 0
Commenter cet article