Antonio Nuić

Publié le 23 Mai 2010

Antonio Nuić


 

Né à Sarajevo en 1977, Antonio Nuić et un réalisateur bosno-herzégovinien et croate.

Nuić a terminé l'Académie d'art dramatique de Zagreb. Il a monté des clips musicaux qui lui ont valu d'être nominé pour des récompenses nationales ; il a travaillé à l'organisation de talk-show pour la télévision et a veillé à la synchronisation de films d'animation.

Filmographie :

  • "Na mjestu događaja", (court-métrage - 1998)
  • "Vratite im Dinamo", (drame tv - 1999)
  • "Sex, piće i krvoproliće", (omnibus - 2004) (en collaboration avec Boris T. Matić, Zvonimir Jurić
  • "Sve džaba", (long métrage) 96 min., 2006


Goran, 30 ans, vit dans une petite ville de Bosnie. Contrairement à ses amis très marqués par la guerre, Goran en est sorti presque intact. Il vit de l’héritage de ses parents et passe ses journées à boire avec ses copains. Après un incident qui le ruine, il décide de vendre toutes ses affaires et d’accomplir quelque chose de mémorable. Il voyage de ville en ville et distribue des boissons totalement gratuites jusqu’à ce que l’argent récolté de la vente de ses biens soit écoulé. Il décide aussi de ne plus boire une goutte d’alcool de toute la journée. Au début, l’accueil des gens est plutôt méfiant face au panneau “Tout est gratuit”, mais lorsqu’ils se rendent compte que Goran n’a pas d’intentions malhonnêtes, il est libre de se rendre dans la prochaine ville. Le bruit se répand rapidement, les gens sont de moins en moins méfiants et commencent à apprécier Goran…    

  •  "Kenjac", (long métrage) 90 min., 2009.1995.


L’été de l’opération Tempête. Après sept ans d’absence, Boro, qui aura bientôt quarante ans, retourne avec sa famme Jasna et son fils Luka dans son village natal de Drinovci en Bosnie-Herzégovine. Il veut voir son frère qui a réussi à quitter Sarajevo avec sa famille. Boro savait que son frère avait été blessé mais lorsqu’il le revoit après plusieurs années, il découvre qu’il est condamné à passer le reste de sa vie dans un fauteuil roulant. Boro se dispute sans cesse avec Jasna et il ne parle plus à son père qu’il rend responsable de la mort de sa mère. Deux semaines plus tard, en août 1995, Boro parviendra à se réconcilier avec son père et apprendra à être un mari et un père meilleur.


Rédigé par brunorosar

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article