Andrija Maurović

Publié le 29 Mars 2010

Andrija Maurović


Andrija Maurović, né à Muo (Boka Kotorska) en 1901 et décédé à Zagreb en 1981, est un dessinateur de bandes dessinées souvent appelé le père de la bande dessinée yougoslave.

Après avoir brièvement séjourné à Cracovie, sa famille s'installe à Dubrovnik où Andrija fréquente le gymnase. A l'école il ne brille pas par ses études ce qui n'empêche pas que l'on remarque rapidement ses dons pour le dessin. Sur le conseil d'Ivo Vojnović il s'inscrit à l'Académie des Beaux-Arts de Zagreb, où il gagne sa vie en illustrant des affiches, des revues et des livres (en particulier pour la maison d'édition St. Kugli). A l'époque, l'académie interdisait à ses étudiants de s'occuper ainsi et Andrija ne tarda guère à entrer en conflit avec la direction. Un peu plus tard, quoique l'un des meilleurs étudiants en dessin, il abandonne les études et se consacre entièrement au travail d'illustrateur, principalement dans des journaux et revues : Jutarnji list, Novosti, Koprive, Ženski svijet et Kulisa.


Les bandes dessinées d'avant-guerre

Sa première bande dessinée, Vjerenica Mača, est publiée en 1935. Durant les deux années qui suivent viendra le tour de plusieurs autres parmi lesquelles :

  • Podzemna carica
  • Ljubavnica s Marsa
  • Trojica u mraku
  • Sedma žrtva
  • Kugina jahta
  • Gospodar zlatnih bregova
  • Sablast zelenih močvara
  • Ognjem i mačem*
  • Zlatarevo zlato


Le style et la trame de ses ouvrages seront notamment influencés par les westerns populaires. Par ailleurs, il a créé une galerie de personnages qui réapparaîtront dans plusieurs bandes dessinées : le justicier secret Crni Jahač, le poète errant Tajanstvena smrt ainsi que le vieil entêté Stari Mačak.




Les années de guerre

A l'époque du NDH, Andrija Maurović collabore au Zabavnik des frères Neugebauer et de Marcel Čukli, où il se consacre notamment aux thèmes nationaux. Ainsi on retrouve parmi ses travaux :

  • Seoba Hrvata
  • Ahura mazda
  • Grob u prašumi
  • Braća Seljan
  • Knez Radoslav
  • Tomislav
  • Zlatni otok (que poursuivra Walter Neugebauer après que Maurović eut rejoint les partisans)


A dater de 1945

Après la guerre, la bande dessinée qualifiée d'"invention capitaliste qui pourrit la jeunesse" fut interdite en Yougoslavie pendant une courte période. Toutefois, dès 1951, Maurović se remet à dessiner dans les journaux pour jeunes Horizont et Horizontov zabavnik. Ainsi apparaissent :

  • Meksikanac
  • Opsada Zadra
  • Tri dječaka
  • Jahači rumene kadulje


A partir de 1955 il collabore au Plavi Vjesnik relancé où il publie Hajdučka pjesma, puis au début des années 60 un plus grand nombre de bandes dessinées en couleur :

  • Biser zla 1960/61
  • Kišova zagonetka 1960
  • Djevojka sa Sijere
  • Uglomi gospodar pećina
  • Rankov odred
  • Plus une adaptation des Pirates de Senj d'August Šenoa 1962/63.


Parmi ses adaptations d'oeuvres classiques on compte La Sorcière de Grič de Marija Jurić, qui paraîtra en épisode dans le Večernji list à la fin des années 50. Durant les dernières années de sa vie Andrija Maurović délaisse la bande dessinée classique pour se consacrer aux motifs bibliques et érotiques.

* En français a été publié en 1983 Capes et poignards, collection pilote n°59, aux éditions Dargaud.



Rédigé par brunorosar

Publié dans #Animation, BD et caricaturistes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article