Ahmed Ben Bella en Yougoslavie

Publié le 7 Juin 2011

Ahmed Ben Bella invité par Tito


 

[...] en mars 1964, le Président Ahmed Ben Bella, accompagné d'une suite impressionnante de 50 personnes, dont le futur Président de la république Bouteflika, était reçu triomphalement à Belgrade pour une visite de neuf jours. Descendu d'un Ilyouchine 18 soviétique, l'ancien adjudant-chef de l'armée française, devenu Président de la République algérienne, vêtu curieusement "à la chinoise" d'un costume à col Mao, donnait l'accolade à l'ancien ouvrier métallurgiste Josip Broz, devenu Maréchal Tito, qu'il appelait "son cher frère" (en français, ce qui ne manquait pas de surprendre la presse locale, peu au fait de la francophonie).

 

Après de multiples cérémonies dans la capitale yougoslave, le président algérien et sa nombreuse suite effectuaient une vaste tournée dans la Bosnie-Herzégovine alors peuplée de près d'un million et demi de Musulmans, où Ben Bella déclarait "se sentir chez lui à Sarajevo, comme à Tlemcen" (sa ville natale). L'Ambassade de France à Belgrade relevait qu'il attirait, selon elle, plus de foules yougoslaves que le tout-puissant Président de l'U.R.S.S. Nikita Khrouchtchev en 1955 et 1963, sauf à Zagreb la catholique, où l'accueil était considéré par l'Ambassade comme "mitigé".

 

Ben Bella était enfin reçu dans la résidence d'été de Tito à Brioni (ancienne villégiature de luxe de l'industriel autrichien P. Kupelwieser), où il rencontrait toute l'élite du Parti communiste yougoslave. Bien que très reconnaissant envers la Yougoslavie "premier pays d'Europe à l'assister aux heures difficiles", Ahmed Ben Bella n'avait nullement une attitude obséquieuse, et gardait sa dignité, comparant l'Algérie "aux 1.500.000 martyrs, aux 500.000 veuves et aux 135.000 orphelins", à la Yougoslavie "aux 1.800.000 victimes de la Guerre de Libération" - ce qui revenait à mettre l'Algérie au même niveau que la Yougoslavie dans sa lutte pour l'indépendance. [1] Ceci provoqua quelques remous dans l'assistance yougoslave, intimement persuadée que son combat contre l'Axe constituait un exploit inégalable.

 

[1] M.A.E., Sous-série Yougoslavie, note n° 205/211 du 7 mars 1964.

 

 

Source : Gilles Troude, La Yougoslavie titiste vue par les diplomates français (1955-1974) [document pdf]

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Evénements

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article