Les sentinelles de l'OTAN font du zèle

Publié le 17 Février 2017

La Croatie et l'Albanie mettent en garde l'Otan contre une destabilisation du Kosovo

 

La Croatie et l'Albanie, pays membres de l'Otan, ont mis en garde l'Alliance atlantique contre une déstabilisation du Kosovo, s'inquiétant pour sa sécurité, après une monté des tensions entre la Serbie et son ancienne province, a-t-on appris vendredi de source officielle.

Les ministres de la Défense albanaise et croate, respectivement Mimi Kodheli et Damir Krsticevic, ont exprimé leur "inquiétude à cause de récents événements pouvant affecter la sécurité du Kosovo, mais aussi la sécurité dans un contexte (régional) plus large", dans une lettre adressée au secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

Selon les services de presse du ministère croate de la Défense, interrogés par l'AFP, les deux ministres, ont appelé l'Otan "à garder son attention sur le maintien de la sécurité du Kosovo".
L'envoi en janvier par la Serbie d'un train de propagande vers le Kosovo, marqué du slogan "Le Kosovo c'est la Serbie", avait entraîné le déploiement à la frontière d'une unité spéciale de la police kosovare, ROSU.
La Serbie, qui n'est pas membre de l'Otan, ne reconnaît pas l'indépendance du Kosovo, proclamée en 2008.
Le train avait été arrêté avant de franchir la frontière, sur décision du Premier ministre serbe Aleksandar Vucic, qui avait toutefois accusé les Kosovars albanais d'avoir voulu "provoquer un conflit de large envergure".

Une Force de paix dirigée par l'Otan (Kfor) est déployée depuis 1999 au Kosovo, territoire à majorité albanaise. Initialement forte de quelque 50.000 militaires, cette force en compte aujourd'hui quelque 4.500.
Le général américain à la tête des forces alliées en Europe, Curtis Scaparrotti, se rendra mardi au Kosovo.
Mme Kodheli et M. Krsticevic ont également "condamné la rhétorique nationaliste des responsables politiques serbes et les opérations concrètes à la frontière, nuisant à la souveraineté du Kosovo et déstabilisant la sécurité dans les Balkans occidentaux", a dit à l'AFP, une porte-parole du ministère albanais de la Défense, Edlira Prendi.

"La Kfor poursuivra sa mission visant à maintenir un environnement de sécurité et à garantir la liberté de mouvements tant que c'est nécessaire, conformément au mandat des Nations unies", a déclaré à l'AFP à Bruxelles un responsable de communication de l'Otan.

Depuis l'ouverture en 2011 d'un dialogue pour normaliser leurs relations, sous la houlette de l'Union européenne, les tensions n'ont jamais été aussi fortes entre la Serbie et le Kosovo.
Convoqués fin janvier à Bruxelles, les dirigeants serbes et kosovars se sont toutefois engagés à apaiser la situation.


Source : lorientlejour.com, le 17 février 2017. 

 

Rédigé par brunorosar

Repost 0
Commenter cet article