Miro Barešić

Publié le 9 Août 2016

Un terroriste nationaliste devient un combattant de la liberté

 

En Serbie comme en Croatie, l'actualité porte en partie sur la façon dont on se souvient des faits historiques. Ici, on le voit, c'est la Croatie qui encense un ancien terroriste. Voici la traduction d’un article de Birn Insight, signé Sven Milekic.


 

Croatie - Une statue érigée pour l'assassin de l'ambassadeur

Des ministres du gouvernement ont assisté à l'inauguration de la statue de Miro Barešić, qui a tué un ambassadeur yougoslave en 1971 et qui est décédé en se battant pour la Guerre de l'indépendance de Croatie, 20 années plus tard.
 

Le ministre aux anciens combattants Tomo Medved était l'un des deux officiels de l'actuel gouvernement ad interim qui ont assisté à l'inauguration de la statue de deux mètres de haut dans la ville côtière de Draga, dimanche, décrivant Barešić comme un patriote qui s'est battu pour une Croatie indépendante.
«Miro Barešić est l'un des grands patriotes croates dont le travail et le sacrifice méritent notre respect», a déclaré Medved lors de la cérémonie.
«Des années durant, comme émigré et dans la Guerre pour la patrie [Domovinski rat] il s'est battu pour une Croatie libre et indépendante et il n'a jamais renoncé à ses idées, bien qu'il a ressenti l'injustice qui était systématiquement infligée aux Croates», a-t-il ajouté.
Barešić a été condamné à la prison à vie par les autorités suédoises, pour le meurtre de l'ambassadeur yougoslave Vladimir Rolović à Stockholm en 1971.
Mais lorsqu'un un avion scandinave a été détourné par des militants croates armés en 1972, il a été libéré de sa prison, ainsi que cinq autres hommes qui ont participé au meurtre, et ce afin de remplir les demandes de rançon des pirates de l’air.
Il a reçu la permission de se rendre au Paraguay, qui était célèbre à l’époque pour servir de lieu de cache pour des personnes recherchées, comme le docteur nazi Engeôle et le dictateur nicaraguayen militaire Anastasio Somoza Debayle.
En 1977 et 1978, il travailla même sous une fausse identité comme garde du corps et interprète pour l'ambassadeur du Paraguay aux USA.
Les autorités américaines ont demandé son extradition du Paraguay en 1978, sous la suspicion qu'il était impliqué dans l’extorsion d'argent des émigrants croates aux USA.
Après que les chargées lancées contre lui furent tombées, il fut extradé en Suède en 1980.
Sa sentence fut réduite à 18 années de prison en 1985, et il quitta la prison en 1987 pour retourner au Paraguay, où il vécut jusqu’à son retour en Croatie en 1991.
Il fut tué par les forces serbes rebelles, dans le sud de la Croatie, le 31 juillet de cette année 1991.
Un de ses cousins, Ante Barešić, qui a initié le projet d'érection d'une statue, a déclaré au journal croate Slobodna Dalmacija que son frère était un combattant de la liberté.
«Je crois profondément que Miro n'a jamais été un terroriste, ni un Oustachi [fascistes de la Seconde guerre mondiale], ce qu'il ne pouvait être en raison de son année de naissance [1950]… Mais il était un nationaliste croate et un combattant de la liberté pour l’État croate. Et toute personne qui pense différemment ne dit pas la vérité», a déclaré Barešić.
Il a affirmé que Miro Barešić n'avait pas l'intention de tuer l'ambassadeur mais de le kidnapper et l'échanger contre des prisonniers croates. Il insistait sur le fait que le kidnapping a mal tourné, après que Rolović ait sorti un pistolet, il fut tué par Barešić.
Le controversé ministre de la culture Zlatko Hasanbegović a, lui aussi, assisté à l'inauguration de la statue, ainsi que des officiels du parti de droite Parti croate du droit – Ante Starcević, qui fait partie de la coalition gouvernementale sortante.
Le général de l'époque de guerre Ante Gotovina était aussi présent, tout comme Dražen Keleminec, le président controversé du parti d'extrême-droite Parti croate du droit – Autochtones, qui avait tenté d'empêcher une commémoration antifasciste dans le village de Srb mercredi dernier.
Un groupe d'hommes dont les t-shirt portaient les insignes de l'unité des forces de défense paramilitaires Rafel Boban ont quant à eux entonné le slogan fasciste «Za dom spremni» (Prêts pour la patrie), lors de l’inauguration de dimanche.


 

Par Dragan Grcic

Source : serbie-droitshumains.blogspot.com, le 3 août 2016.

url : http://serbie-droitshumains.blogspot.com.es/2016/08/croatie-un-terroriste-nationaliste.html​


 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Oustachisme, #sectarisme et extrêmisme

Repost 0
Commenter cet article