La politique d'obstruction envers la Serbie

Publié le 10 Mai 2016

1. La Serbie accuse la Croatie de bloquer son adhésion à l'UE


 

La Serbie a rempli les conditions pour que l'Union européenne poursuive comme prévu les négociations d'adhésion d'ici à juin, a déclaré mardi à l'AFP la négociatrice serbe, reprochant à la Croatie d'entraver le processus.

"Dans les faits, oui, ils bloquent", "dans les faits, ils ferment la possibilité d'avancer", a déclaré Tanja Miscevic. 

"Je ne vais pas appeler ça un blocage, puisque ils n'ont jamais formellement posé de veto sur quoi que ce soit (...) Mais ils font quelque chose d'autre: ils ne donnent pas leur feu vert", a regretté la responsable. 

La Croatie s'oppose à l'ouverture des négociations sur le système judiciaire, les droits fondamentaux et la sécurité. Pour ouvrir un chapitre de négociations, l'unanimité des 28 Etats membres est requise. 



Le tribunal pour l'ex-Yougoslavie pose problème


Les points problématiques aux yeux de Zagreb sont la coopération de Belgrade avec le tribunal pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), une loi offrant à la justice serbe une juridiction universelle sur les crimes de guerre, et la représentation politique des minorités. 



"La crédibilité de l'UE dans la région est en jeu"


"Nous nous organisons pour mettre l'accent sur les réformes. Mais il faut que l'on voit une lumière au bout du tunnel, quel que soit le moment de cette sortie du tunnel", a demandé Tanja Miscevic. "Elle ne brille pas assez", a mis en garde la négociatrice pour qui "la crédibilité de l'Union européenne est en jeu dans la région". 

Le Premier ministre Aleksandar Vucic a remporté le 24 avril les législatives, qu'il avait convoquées en demandant un mandat pour poursuivre les négociations avec l'UE.

 

 

Source : 7sur7.be, le 10 mai 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

2. Le premier ministre serbe renonce à une réunion à Bruxelles 

 

Le premier ministre serbe Aleksandar Vucic a écourté sa visite à Bruxelles aujourd'hui après une controverse avec la Croatie que la Serbie accuse de faire de l'obstruction à sa demande d'adhésion à l'Union européenne, indique l'agence de presse serbe Tanjug.

Vucic devait participer mardi à une réunion de la Conférence intergouvernementale de l'UE qui doit approuver l'ouverture de trois nouveaux chapitres d'accession dans la candidature serbe au statut de membre. La Croatie s'est opposée à l'ouverture du chapitre sur la culture et l'éducation en raison d'une controverse sur la traduction des manuels scolaires, rapporte l'agence croate Hina.

"Il y a des choses que la Serbie doit mettre en oeuvre dans son parcours vers l'UE", a déclaré le ministre croate des Affaires étrangères et européennes, Davor Ivo Stier, cité par Tanjug. "Une protection complète des minorités est une de ces choses", a-t-il ajouté.

Les Croates représentent moins d'un pour cent de la population de la Serbie. Les langues des deux pays sont similaires et faisaient partie d'une langue commune pratiquée avant l'effondrement de la Fédération yougoslave. "Si la Croatie est celle qui décide si la Serbie doit entrer dans l'UE, alors mon intérêt est en train de chuter", a commenté Ivica Dacic, ministre serbe des Affaires étrangères.

 

 

Source : lefigaro.fr, le 12 décembre 2016.

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Serbie-Croatie

Repost 0
Commenter cet article