Marijana Petir

Publié le 27 Février 2016

Au Parlement européen, les «amis de la Macédoine» irritent les Grecs

 

 

La création d’un groupe parlementaire informel appelé « les Amis de la Macédoine » rend les eurodéputés grecs furieux. Ils rappellent que les portes de l’UE sont toujours fermées à la Macédoine.

 

Tous les États membres de l’UE, sauf la Grèce, reconnaissent le pays sous le nom de « Macédoine ». Mais le veto grec bloque l’adhésion de Skopje à l’UE et à l’OTAN.

Un groupe informel sur le sujet avait été formé pour la première fois au Parlement européen durant le mandat précédent, 2009-2014. Il est composé d’eurodéputés de divers groupes politiques qui soutiennent l’intégration des pays des Balkans. Son objectif est d’améliorer la visibilité du pays au sein du Parlement européen.

Marijana Petir, une eurodéputée croate du Parti populaire européen, a pris l’initiative de réinstaurer ce groupe, au grand désarroi de ses collègues grecs.

 

La Macédoine prête à entrer dans l’UE

Marijana Petir a expliqué à EurActiv que l’UE « doit ouvrir officiellement des négociations d’adhésion avec la Macédoine », parce que le pays est prêt à prendre la voie de l’union.

« Je pense vraiment que cela aura lieu dans un avenir proche », ajoute-t-elle, ajoutant que tout indique que Skopje fait des progrès constants. Quant à la dispute sur son nom avec Athènes, l’eurodéputée estime qu’elle se réglera « parallèlement à l’harmonisation de la législation macédonienne avec celle de l’UE ».

« J’invite mes collègues eurodéputés grecs à nous rejoindre dans un débat constructif qui contribuerait à l’avenir européen de la Macédoine », conclut-elle.

 

Athènes barre le passage vers l’UE

La grande majorité des eurodéputés grecs ont réagi à l’initiative de Marijana Petir et envoyé des lettres de plainte à Martin Schulz, le président du Parlement. Étonnamment, ils n’ont pas décidé d’envoyer une lettre commune, mais des plaintes individuelles.

Les eurodéputés du parti de centre droit Nouvelle démocratie ont dénoncé la forme informelle du groupe, assurant qu’elle ne faisait que créer une fausse impression.

« La porte de l’Europe restera fermée à Skopje parce qu’elle n’accepte pas les principes et valeurs [de l’UE] […] a toujours un énorme déficit démocratique et des progrès à faire dans le domaine de la protection des droits de l’Homme », assurent les eurodéputés de Nouvelle démocratie dans une lettre également envoyée par le président du PPE, Manfred Weber.

Les eurodéputés Syriza ont pour leur part accusé l’eurodéputée croate de nuire aux négociations en cours sur le nom du pays, qui se déroulent dans le cadre de l’ONU, ainsi que les efforts récents d’instaurer une confiance mutuelle proposés par la Grèce.

« Son initiative enfreint la décision de l’Union européenne et des Nations unies, qui reconnaissent le pays sous le nom d’ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM), adoptée en avril 1993 par le Conseil de sécurité de l’ONU », assurent-ils.

La Croatie et la Macédoine faisaient toutes deux partie de la Yougoslavie avant l’éclatement du pays lors des conflits qui ont eu lieu entre 1991 et 2001. 

 

 

 

Source : http://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/au-parlement-europeen-les-amis-de-la-macedoine-irritent-les-grecs/

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Hommes politiques, militaires et diplomates

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article