Tihomir Orešković

Publié le 24 Décembre 2015

1. Tihomir Oreskovic, nouveau Premier ministre croate


 

La coalition de droite, issue des dernières législatives croates, porte un homme d'affaires sans appartenance politique, Tihomir Oreskovic, au poste de Premier ministre. 

Né à Zagreb en 1966 (49 ans) et diplômé en chimie de l'Université McMaster au Canada, le successeur de Zoran Milanovic, est, depuis 2014, directeur financier pour l'Europe du groupe pharmaceutique israélien Teva en poste à Amsterdam. Il a débuté sa carrière en 1992 au Canada dans l'entreprise pharmaceutique Eli Lilly avant de rejoindre Novopharm puis, en 2009, la société Pliva (filiale de Teva) comme directeur financier pour l'Europe de l'Est puis, en 2010, directeur financier pour la région Emia (Europe de l'Est, Méditerranée, Israël et Afrique). 

Désigné mercredi 23 décembre 2015 au soir, sa nomination doit encore être entérinée par la présidente du pays, Kolinda Grabar-Kitarovic. Il devra ensuite se présenter le 20 décembre 2015 devant le Sabor, le Parlement croate. 

Tihomir Oreslovic a indiqué que sa première préoccupation serait de résoudre les problèmes économiques du pays, grands absents des thèmes de campagne lors des législatives.


 

Source : econostrum.info, le 24 décembre 2015.

 

 

 

 

2. Le croate hésitant du nouveau Premier ministre

 

 

Tihomir Orešković, le futur Premier ministre croate, a grandi au Canada et ne vit que depuis quelques années dans son pays de naissance. La maîtrise lacunaire de sa langue maternelle fait de lui la cible croissante des quolibets et pose problème, écrit le portail libéral tportal.hr : "Dans son discours d'investiture, il a parlé de 'bâtiments' au lieu de 'citoyens', et mercredi, il a déclaré vouloir étudier les moyens d'accroître l'endettement les deux prochaines années. Ses difficultés linguistiques deviennent un problème pour l'opinion publique et les médias, qui doivent souvent expliquer, interpréter voire même falsifier ses déclarations afin que les gens comprennent quelque chose à ce que dit leur futur Premier ministre. Certaines de ses erreurs linguistiques ne sont pas si graves, mais lorsqu'il les commet en lien avec des questions importantes comme la dette, la croissance, la note souveraine ou autre sujet délicat, cela devient très dangereux, pour lui comme pour nous."

 

 

Source : http://www.eurotopics.net/fr/home/presseschau/aktuell.html 



 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Hommes politiques, #militaires et diplomates

Repost 0
Commenter cet article