La compagnie pétrolière INA

Publié le 28 Février 2015

1. La Croatie accuse MOL (Hongrie) de ruiner sa compagnie pétrolière

 


Zagreb a accusé lundi le groupe pétrolier et gazier hongrois MOL de ruiner la compagnie croate INA, qu'il contrôle depuis 2009, et d'avoir ainsi généré des pertes de plusieurs milliards d'euros à l'Etat croate.

Le moment est arrivé pour affronter la vérité, et la vérité est que INA a été ruinée (...) au cours des cinq dernières années, a déclaré à la presse le ministre croate de l'Economie, Ivan Vrdoljak.

Nous avons perdu plusieurs milliards de dollars parce que les objectifs fixés par la compagnie croate avant qu'elle ne commence à être dirigée par MOL n'ont pas été respectés, a ajouté M. Vrdoljak.

Une analyse faite pour le gouvernement croate par un consultant américain a fait état des pertes de 6,2 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) pour INA durant cette période, selon les conclusions de cette étude publiées lundi par l'influent quotidien local, Jutarnji List.

Par ailleurs, la prise de contrôle dans INA est controversée en Croatie parce que son ancien Premier ministre Ivo Sanader, a été condamné en 2012 à 10 ans de prison pour corruption et reconnu coupable d'avoir reçu des pots-de-vin de 5 millions d'euros pour céder à MOL la gestion de la compagnie sans détenir le paquet majoritaire d'actions.

La justice croate a inculpé en mars également le PDG de MOL, Zsolt Hernadi, pour avoir versé au total 10 millions d'euros de pots-de-vin. Pour sa part, la justice hongroise a classé sans suite cette affaire en janvier 2012.

Le gouvernement croate détient 44,84% et le géant hongrois 49,1% des parts d'INA.


MOL avait, quant à lui, déjà accusé le gouvernement croate de ne pas avoir respecté ses obligations et engagements dans le plan d'investissements.

Les deux parties ont demandé un arbitrage international sur leur différend. En novembre, MOL avait entamé les préparatifs pour vendre ses parts dans INA.

Si en 2009 les investissements dans INA se sont élevés à 580 millions d'euros, ils ont chuté à quelques 128 millions d'euros seulement pour l'année dernière, a précisé M. Vrdoljak.

 

 

Source : romandie.com, le 12 mai 2014.














2. Le Croate INA perd 2/3 de son résultat net en 2014

 

La compagnie pétrolière croate INA a annoncé, samedi 14 février 2015, une baisse de 64% de son bénéfice net en 2014, à 344 millions de HRK (44,5 M€) contre 953 millions de HRK (123 M€) en 2013. Pour un chiffre d'affaires de 23,8 milliards de HRK (3,08 mrds€) contre 27,4 milliards de HRK (3,54 mrds€) l'exercice précédent.

Deux facteurs expliqueraient cette contraction économique : la récente chute du prix du pétrole et le manque de revenus dû à la suspension en 2012 de l’activité de l’entreprise croate en Syrie évalué à 1,9 milliard de HRK (245 M€) contre 1,5 milliard de HRK en 2013 (194 M€).

Depuis la privatisation de sa compagnie pétrolière en 2009, le gouvernement croate ne détient plus que 44,84% de la part d’INA, tandis que le géant hongrois MOL en contrôle 49,1%. 

Alors qu’INA voit son chiffre d’affaires se contracter, les rapports entre ses deux principaux actionnaires se dégradent. Plusieurs dossiers opposent l’exécutif de Zagreb et MOL, notamment le sort de la raffinerie de Sisak en Croatie, où 800 personnes sont employées tandis que les Hongrois en demanderaient la fermeture définitive. En octobre 2013, en outre, le PDG de MOL, Zsolt Hernadi, a été condamné pour corruption par un tribunal croate et, mardi 17 février 2015, Interpol a émis un mandat d’arrêt international contre lui. 


 

Source : econostrum.info, le 19 février 2015.

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Economie et mouvements sociaux

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article