L'initiative pour un référendum contre la concession des autoroutes

Publié le 12 Octobre 2014

Les Croates se mobilisent contre la concession de leurs autoroutes

 

 

Une campagne pour un référendum national contre le projet du gouvernement croate de mettre en concession les autoroutes pour une durée de 40 ans afin de rembourser les emprunts faits pour leur construction et réduire la dette publique, a été lancée samedi à travers le pays.

 

Durant cette campagne d'une durée de deux semaines initiée par plusieurs des principaux syndicats et organisations non gouvernementales croates, les citoyens sont appelés à signer une pétition demandant un référendum sur l'opportunité de mettre en concession la gestion et la maintenance des 1.024 kilomètres d'autoroutes du pays.

 

"Les autoroutes constituent l'un de nos projets de développement majeur et un actif de cet importance n'a jamais été donné en concession dans toute l'histoire de la Croatie", peut-on lire sur les prospectus distribués dans tout le pays.

 

Selon la loi croate, une référendum peut être organisé à partir du moment où une pétition rassemble au moins 10% de l'électorat, soit quelque 400.000 personnes.

 

Le gouvernement du premier ministre de centre droit, Zoran Milanovic, a lancé l'année dernière un appel d'offre en vue de mettre les autoroutes en concession. Il espérait lever une somme de 3 milliards d'euros pour la concession des autoroutes à péage.

 

Les offres, non contraignantes, doivent êtres remises avant le 7 novembre.

 

Mais les initiateurs de la pétition, qui devrait avoir un fort retentissement, soutiennent que ce serait le modèle le moins favorable pour venir à bout des dettes.

 

Ils proposent d'autres solutions dont le rééchelonnement de la dette à des conditions plus favorables et préviennent qu'avec des autoroutes en concessions les frais de péage seraient plus importants, tandis que la qualité de service et les investissements s'effondreraient.

 

"Nous savions ce que les autoroutes pouvaient nous rapporter et le gouvernement a choisi le moyen le moins favorable" pour en tirer parti, a assuré le syndicaliste Mijat Stanic.

 

Le gouvernent assure pour sa part que si les autoroutes ne sont pas données en concession la dette publique "explosera".

 

Depuis qu'elle a proclamé son indépendance de l'ancienne Yougoslavie en 1991, la Croatie a progressivement développé son infrastructure autoroutière, notamment vers la côte Adriatique, pour dynamiser le tourisme.

 

La Croatie, qui a rejoint l'Union européenne l'année dernière, souffre de la récession depuis 2008.

 

Sa dette publique a atteint près de 70% de son produit intérieur brut (PIB).

 

Les dernières prévisions du gouvernement tablaient sur une réduction du déficit passant de 4,9% du PIB en 2013 à 3,8% en 2014, en ligne avec les préconisations de la procédure de déficit excessif de l'Union européenne, initiée en janvier.

 

 

 

Source : lalibre.be, le 11 octobre 2014.

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Economie et mouvements sociaux

Repost 0
Commenter cet article