Dario Kordić

Publié le 7 Juin 2014

Crimes de guerre : Dario Kordić revient en héros en Croatie


 

Dario Kordić, ancien Président de l’éphémère République croate d’Herceg Bosna durant la guerre, a été libéré vendredi après avoir purgé les deux-tiers de sa peine. Il était accusé de crimes de guerre contre des civils bosniaques en 1993.

 

Dario Kordić, 54 ans, ancien membre de la présidence de la République croate d’Herceg Bosna, créée pendant la guerre des années 1990, est rentré à Zagreb vendredi après avoir purgé les deux-tiers de sa peine dans la prison de Graz, en Autriche.

En 1997, Dario Kordić s’est rendu à la justice internationale. En 2004, le TPIY l’a condamné à 25 ans de prison. Selon les juges de La Haye, Dario Kordić, « l’un des politiciens majeurs de la Bosnie centrale », aurait été responsable d’avoir incité des militaires et d’avoir participé en personne aux opérations de nettoyage ethnique contre la population bosniaque du village d’Ahmići, dans la municipalité de Vitez, le 16 avril 1993. Lors de ce massacre commis par l’armée croate (HVO), plus de cent personnes ont été tuées.

Une petite foule comptant des représentant du HDZ croate et de l’Église catholique s’est réunie à l’aéroport de Zagreb pour l’accueillir en triomphe. Cette libération est « une grande victoire pour les gens de Croatie, de Bosnie-Herzégovine et d’Herceg Bosna », a lancé Dario Kordić, en remerciant la nation croate, Dieu et l’Église. « Aujourd’hui, nous sommes tous unis en un seul cœur, le cœur de la Croatie. Notre victoire ne sera complète que lorsque le dernier prisonnier croate, détenu par le tribunal de La Haye, aura fait son retour dans la patrie. »

Comme prévu, les associations de victimes bosniaques ont réagi. « Il n’y a pas de justice dans ce monde », a déclaré amèrement Elvedin Kermo, président de l’association 16 avril. « Les familles qui ont perdu leurs proches dans le massacre d’Ahmići ne peuvent pas cacher leur colère... Nous sommes toujours en train de chercher les restes de trente personnes tuées par les milices croates et, bientôt, personne ne sera en prison pour répondre de ce crime affreux. Au lieu de célébrer ce criminel, les gens devraient en avoir honte. »


 

Par A. De Noni

Source : balkans.courriers.info, le 7 juin 2014.

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Oustachisme, sectarisme et extrêmisme

Repost 0
Commenter cet article