Les Migs ukrainiens émigrent vers la Croatie

Publié le 19 Mai 2014

1. MiG-21 supplémentaires pour la Croatie !


 

L'armée de l'air de la Croatie a pris livraison de cinq avions de combat RAC/MiG-21 supplémentaires en provenance de l'Ukraine.  Cet accord complète l’actuelle modernisation de la flotte de MiG-21L «Fishbed». ,

 

Les deux premiers MiG-21 supplémentaires sont arrivés au sein da la base aérienne de Zagreb. Ils proviennent des surplus de l’aviation ukrainienne. 

En parallèle, le Ministère de la Défense Croate a débuté la modernisation de la flotte vieillissante de MiG-21L «Fishbed», c’est l’entreprise ukrainienne Ukspecexport qui est chargée de cette mise à niveau limitée.

 

En effet, douze MiG-21L qui doivent subir une remise à niveau et permettre de patienter, jusqu’à ce que les finances du pays s’améliorent, pour permettre une acquisition d’ici 6 à 8 ans d’une nouvelle monture. La modernisation doit permettre de maintenir les MiG-21 jusqu’en 2020.

Ukspecexport installe son système de navigation GLONASS (GPS russe) qui permet la navigation autonome et le ciblage. Les appareils recevront un système de communication crypté de nouvelle génération. L’avionique comprend un écran EFIS en remplacement des instruments de vol de base. Des améliorations seront apportées en ce qui concerne le siège éjectable.

 

Retard de livraison: 

 

Aux dernières nouvelles, la mise à niveau des appareils croate prend du retard, ceci en raison des actuels troubles que traverse l’Ukraine. Zagreb devrait recevoir 7 avions modernisés d’ici la fin mai, ces appareils sont pour l’instant toujours sur les ateliers de l’avionneur.

La Croatie attend également le retour de deux hélicoptères Mil Mi-8MTV dont la modernisation est également ralentie, on parle de deux mois de retard, les pièces seraient bloquées sur le port de Sébastopol en Crimée.


 


 

Source : psk.blog.24heures.ch, le 12 mai 2014.

url : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/05/12/mig-21-supplementaires-pour-la-croatie-855983.html

 

 

 

 

 

2. MIG-21 remis à niveau en Ukraine : Zagreb soupçonne une escroquerie

 

 

La police militaire croate soupçonne les MIG-21 livrés par l'Ukraine d'être de faux chasseurs dont les pièces ont été achetées dans divers pays, rapporte un quotieiden croate.

 

La police militaire croate soupçonne une falsification de la remise à niveau des chasseurs MiG-21, dont l'Ukraine avait été chargée, les numéros de série sur les moteurs des appareils ayant été estompés et les numéros des pièces de rechange ne correspondant pas à la documentation. 

Une enquête a été ouverte suite à toute une série de pannes de ces avions. Les appareils ont été livrés à l'Armée de l'air croate selon un contrat de réparation et d'achat de MiG-21 signé en juillet 2013 avec l'entreprise ukrainienne Ukrspecexport, qui en avait remporté l'appel d'offres, rappelle le quotidien croate Jutarnji List. La livraison des chasseurs s’est faite en échange d’un versement de 133 millions de dollars (118,4 millions d’euros), précise l’édition.

Selon le journal, une partie des appareils livrés par l'Ukraine pourrait appartenir à l'Armée de l'air du Yémen, et le ministère yéménite de la Défense en a déjà informé Zagreb. 

La police militaire croate suppose par ailleurs que les MiG-21 livrés par l'Ukraine auraient pu être assemblés à partir de pièces achetées dans d'autres pays du monde. Il pourrait s'agir notamment de fuselages provenant de Bulgarie et d'ailes en provenance d’Algérie. Les sources du Jutarnji List affirment en outre que les corps de ces appareils seraient ceux d’avions dont la destruction avait déjà été rapportée par la Bulgarie à l'Otan. 

Toutes ces nombreuses irrégularités nourrissent des soupçons sur des "pots de vin".

En 2013, Ukrspecexport a déjà été impliquée dans un grand scandale de corruption qui a éclaté au Kazakhstan. Le parquet de ce pays avait à l’époque annoncé que certains généraux des Forces armées kazakhstanaises avaient été soudoyés par l'entreprise ukrainienne pour la remise à niveau du matériel, dont l'avion An-72 du Service des frontières du Kazakhstan qui s'était écrasé au sol aux abords de Tchimkent peu après sa remise à niveau en Ukraine.

Le MiG-21 est un avion de chasse supersonique à réaction. Cet appareil tactique de troisième génération avait été produit en série en Union soviétique de 1959 à 1985.

 

 

Source : fr.sputniknews.com, le 22 mars 2016. 

 

 

 




3. Un scandale retentissant couve entre la Croatie et l'Ukraine. 

 

Zagreb a commandé à Kiev la remise à niveau de ses chasseurs, en décidant en outre d'acheter en Ukraine quelques avions d'occasion. Au final, seuls trois des 12 MiG peuvent voler. Il s'agit toutefois d'un contrat s'élevant à 17,5 millions d'euros.

 

L'Ukraine aurait dû réparer sept avions de chasse MiG-21 de l'Armée de l'air croate et vendre en outre à la Croatie cinq avions d'occasion après les avoir remis à niveau, mais il s'est finalement avéré que seulement trois chasseurs peuvent voler, ce qui présage un scandale retentissant au plus haut niveau. 

"Nous suivons de près l'évolution de l'enquête et en attendons les résultats. Quoi qu'il en soit, les informations que je reçois me préoccupent", a reconnu la présidente de la Croatie Kolinda Grabar-Kitarović

La presse croate titre: "Nos MiG sont faux!" et "Notre aviation a été détruite!". 

"Tout est entre les mains du parquet qui a toute l'information et tous les documents nécessaires (…) Les coupables en répondront", a déclaré pour sa part le ministre croate de la Défense Josip Buljević. 

Il va sans dire que les commentaires de la présidente et du ministre de la Défense de la Croatie sont réservés, car il s'agit en fait de la disparition subite de toute l'aviation de chasse du pays. 

Les journalistes constatent qu'au lieu de renforcer la capacité de défense d'un pays membre de l'Otan, l'Ukraine lui a refilé un tas de ferraille maquillée à la place d'avions remis à niveau. 

La police militaire croate a établi que les MiG-21 livrés par l'Ukraine auraient pu être assemblés à partir de pièces achetées dans d'autres pays du monde. Il pourrait s'agir notamment de fuselages provenant de Bulgarie et d'ailes en provenance d’Algérie. Selon différentes sources, les corps de ces appareils seraient ceux d’avions dont la destruction avait déjà été rapportée par la Bulgarie à l'Otan.  

Par ailleurs, il s'est avéré que les numéros de série sur les moteurs des appareils avaient été estompés et que les numéros des pièces de rechange ne correspondaient pas à la documentation. 

Les médias supposent en outre que les Ukrainiens ont présenté aux inspecteurs croates les MiG appartenant à l'Armée de l'air du Yémen comme étant les avions destinés à la Croatie.  

"Nous avions deux possibilités de remettre à niveau nos avions: en Ukraine et en Roumanie (…) On a choisi l'Ukraine où des MiG pour un autre pays (Yémen, ndlr) étaient déjà en réparation", a expliqué l'ex-ministre croate de la Défense, Ante Kotromanović

On apprend cependant qu'il y avait également une offre d'Israël, mais le ministère croate de la Défense l'a ignorée. 

La police militaire croate évoque de plus en plus souvent d'éventuels "pots-de-vin", en cherchant à établir qui aurait pu toucher des rétrocommissions pour ce marché qui rappelle bien une escroquerie pure et simple.  

Ce scandale retentissant ne présage rien de bon. Pour la Croatie, c'est un coup extrêmement douloureux pour sa capacité de défense. Pour l'Ukraine, c'est un nouveau coup porté à son image sur la scène internationale. Kiev insiste sur le fait que les avions sont en bon état, alors que Zagreb réplique qu'ils ne volent pas. Dans ces deux capitales, on attend les résultats définitifs de l'enquête.

Le MiG-21 est un avion de chasse supersonique à réaction. Cet appareil tactique de troisième génération avait été produit en série en Union soviétique de 1959 à 1985.


 

Source : fr.sputniknews.com, le 31 mars 2016.

 

 

 

 

4. Croatie: un haut responsable de la Défense inculpé pour corruption
 

Des procureurs croates ont inculpé vendredi deux personnes, dont un haut responsable du ministère de la Défense, pour des pots-de-vin qui auraient été perçus dans une affaire de plusieurs millions d'euros portant sur la révision et l'achat de MIG pour l'armée du pays.

Ce haut responsable de la Défense a cherché à obtenir des pots-de-vin de deux firmes étrangères intéressées par un accord commercial sur "la révision et l'achat de chasseurs MIG", ont précisé les procureurs dans un communiqué.
L'une des compagnies a refusé de verser les 50.000 euros (53.000 dollars) réclamés.
Mais selon les procureurs, le deuxième inculpé, un citoyen croate qui représentait une autre compagnie étrangère, a accepté de verser le pot-de-vin au responsable du ministère de la Défense et a fourni au moins 10.000 euros à deux occasions, en janvier et février derniers.

L'accord commercial, d'une valeur de 17 millions d'euros selon les médias croates, a été signé en 2013 avec l'entreprise publique ukrainienne Ukrspecexport. La Croatie, qui est membre de l'Otan depuis 2009, avait demandé une révision de sept Mig et l'achat de cinq autres.

Mais lors de la livraison des appareils mi-2015, les nouveaux appareils étaient restés cloués au sol en raison de problèmes techniques.
Une enquête avait révélé que les appareils achetés en Ukraine étaient plus anciens que les documents fournis, semant le doute sur leur origine ainsi que sur les opérations de révision effectuées.


 

Source : lorientlejour.com, le 30 décembre 2016.

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Ukraine-Croatie

Repost 0
Commenter cet article