der Kroatische Correspondent

Publié le 21 Avril 2014

der Kroatische Correspondent 

 

C'est un libraire de Zagreb, Ivan Thomas Trattner, qui lance le 3 juin 1789 le premier journal en allemand de Croatie, der Kroatische Correspondent. La publication dure jusqu'en décembre de la même année. Le programme de cette publication est présenté dans un texte en date du 24 mars 1789 : “Si des événements qui ont eu lieu à l'étranger sont dignes d'être relevés, et en particulier ceux qui ont un lien avec la situation de guerre actuelle, ils y trouveront leur place ; mais [le fondateur de ce journal] s'efforcera surtout de collationner le plus vite possible des informations les plus fiables possibles concernant la Croatie-Slavonie et les Confins militaires.” Le contenu de l'information repose sur un système de correspondants bénévoles, rétribués par l'abonnement gratuit au journal dans un premier temps, sans qu'un honoraire soit exclu si la diffusion devient satisfaisante. Ce double souci d'insérer des nouvelles sur l'étranger et de concentrer l'attention du lecteur sur les événements qui se déroulent dans les frontières administratives du royaume de Croatie et des Confins militaires reste une caractéristique pour les périodiques publiés durant les décennies suivantes. Il s'agit d'un journal semi-officiel, qui ne rend pas compte des événements révolutionnaires en France et d'une manière générale de tout ce qui ne convient pas à la cour de Vienne : ainsi les difficultés dans le déroulement des hostilités avec les Turcs ou bien les échecs de la politique autrichienne en Belgique ne sont-ils pas dévoilés. Le lectorat germanophone recherché est notamment celui des officiers qui passent pas la Croatie pour se rendre à l'Est sur le terrain des opérations militaires. Le journal reprend de nombreux articles parus à Vienne, ainsi que dans d'autres villes de l'empire des Habsbourg (Graz, Pest, Brno, Sibiu,... ). Les nouvelles publiées ne permettent pas de jeter un regard sur les coulisses de la politique : les articles sont systématiquement relus par des censeurs appointés par le gouvernement de Vienne. Il s'agit, dès ce premier périodique qui n'eut qu'une brève existence, d'une part de diffuser des connaissances sur la patrie au sens large, c'est-à-dire autrichienne (Vaterland), d'autre part de rester dans la ligne politique définie à Vienne.


 

Par Daniel Baric

Source : Le monde slave dans les périodiques allemands de Croatie (1789-1848).

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/slave_0080-2557_2008_num_79_1_7123


 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Littérature et médias

Repost 0
Commenter cet article