Le HŠK Zrinjski Mostar

Publié le 26 Mars 2014

Le HŠK Zrinjski Mostar

 

 

Le club de football croate Zrinjski fondé en 1905 sous l’occupation austro-hongroise est interdit en raison des couleurs nationales croates du maillot de l’équipe en 1945 lorsque la Bosnie-Herzégovine a été intégrée à la Fédération Socialiste Yougoslave. En 1992, au début du conflit, le parti nationaliste croate HDZ-BiH cautionne et finance la refondation des anciennes associations culturelles et sportives croates interdites pendant la période titiste, parmi lesquelles le HŠK Zrinjski. En août 2001, alors que la ville de Mostar est encore divisée en 3 municipalités bochniaques et 3 croates, la municipalité Mostar sud-ouest à majorité croate accorde la location exclusive du stade au Zrinjski pour une durée de cent ans [1].

 

Zrinjski, ou Zrinski, est le patronyme d’une des plus grandes familles nobles croate de Croatie [2], branche des Šubić, qui a joué un rôle important pendant la période des batailles contre les armées ottomanes en Europe, et dans la défense de la Croatie contre l’impérialisme et la tentative de germanisation des Habsbourg. Nikola Zrinjski (1508-1566) en particulier se distingue à plusieurs reprises face à l’ennemi ottoman, notamment dans le siège de Vienne en 1529. Il meurt en héros dans la bataille de Szigetvar contre Soliman le Magnifique en 1566, qui freina l’armée ottomane dans sa tentative de conquête de Vienne jusqu’à la fin du XVIIe. Petar Zrinjski (1621-1671) et Fran Krsto Frankopan (famille princière croate) complotent avec les nobles hongrois contre la Cour de Vienne pour affranchir la Croatie et la Hongrie de son absolutisme. Démasqués, ils sont tous deux décapités sur la place publique de Vienne en 1671, tandis que leurs familles sont emprisonnées et exterminées.

 

L’hymne du club invoque les éléments naturels spécifiques à Mostar pour qu’ils animent les joueurs sur le terrain, « sois impétueux comme la Neretva» (budi ko Neretva plah), «que le mistral soit comme le souffle dans ta poitrine» (nek bura bude grudima dah), «brille dans le jeu comme le soleil de Mostar» (blistaj ti u igri ko mostarsko sunce) le club est «l’âme/le génie [3] de notre chère Mostar» (dušo duše našega Mostara); il fait aussi référence à l’appartenance nationale croate et territoriale de l’Herzeg-Bosnie, «Zrinjski est un nom croate glorieux» (Zrinjski je slavno hrvatsko ime), «Zrinjski de Mostar rouge blanc bleu» (Mostarski Zrinjski, crven bijeli plavi), «à tes côtés se tient tout le peuple croate» (uz tebe je sav hrvatski puk), «pour toi le cœur de l’Herzeg-Bosnie» (za tebe srce Herceg-Bosne), «victoire, victoire maintenant les Croates font la fête» (pobjedu, pobjedu sad Hrvati slave). Finalement, Mostar appartient aux Croates, c’est le cœur de l’Herzeg-Bosnie qu’il faut défendre fièrement sur le champ de bataille. D’ailleurs le maillot des joueurs de l’équipe, blanc orné d’une bande diagonale rouge, fait référence au symbole de la Mostar croate [4]. Le bar du club attenant au siège administratif était décoré de photos du club d’avant la seconde guerre mondiale, de drapeaux de l’Herzeg-Bosnie, et d’un portrait géant de Mate Boban, Président de la République Croate d’Herzeg-Bosnie pendant la guerre.

 

Les plus fervents supporters du HŠK Zrinjski sont les Ultras, leur club a été fondé en 1994 et a adopté l’aigle comme effigie et le U majuscule comme symbole; il est ami du club de supporters Torcidadu Hajduk-Split. Pour certains Mostariens résidents à Mostar ouest, non croates, ce «U» représente le symbole de «Ustaša» (oustacha), les milices croates fascistes de la seconde guerre mondiale responsables du massacre de civils serbes en Croatie pendant la seconde guerre mondiale, appellation qui a ressurgi sur la scène publique comme hétéro-catégorisation pour les Croates, parfois repris comme auto-catégorisation. Alors que le U n’était taggué que sur les murs du stade au début des années 2000, nous avons constaté en 2007 qu’il tapissait presque tous les murs des immeubles de Mostar ouest. Les Ultras brandissent des banderoles aux symboles de l’Herzeg-Bosnie et de Mostar croate pendant les matchs et s’habillent généralement de couleur noire.

 

En 1992, le choix de reprendre le nom de l’ancien club par les politiques croates ainsi que les couleurs du maillot (rouge et blanc du damier croate et des armoiries du duc/herzeg croate de la région) pour le nouveau club de football croate de Mostar est triplement significatif. D’une part, il marque la continuité avec le passé glorieux des grands personnages de l’histoire croate par les Croates de Bosnie-Herzégovine, façon de revendiquer leur appartenance à la grande nation croate [5], d’autre part, il exprime une forme de revanche sur le passé communiste et sur la politique du régime titiste défavorable aux Croates [6], enfin, il signifie la lutte séculaire pour le maintien de l’identité croate dans un contexte de menace extérieure, ici face à ce que les politiques croates dénoncent comme hégémonisme politique et culturel bochniaque. Le livre publié en 1993 à l’occasion de la refondation du HŠK Zrinjski, Hrvatski Športski Klub (HŠK) «Zrinjski»: 1905-1993, insiste sur la lutte séculaire des Croates pour préserver leur identité nationale et leur spécificité culturelle en dépit des dominations successives et interprète la survie du club comme «une preuve de l’indestructibilité de la volonté d’un peuple» (1993, 21).

 

 

[1] De 1992 à 2000, le HŠK Zrinjski a joué au sein de la ligue de football d’Herzeg-Bosnie ; il est passé en première division de la ligue de la Fédération à la nouvelle saison 2000/200.

[2] Titre de ban ou «vice-roi».

[3] Celui qui fait des miracles.

[4] Ce drapeau reprend les armoiries du dernier duc (herzeg) croate de Hum, Stjepan Kosače (1452), qui a donné son nom à la région.

[5] D’autant plus par rapport à la revendication initiale d’annexion à la Croatie qu’à l’époque du haut Moyen-Age lorsque le pouvoir des Zrinsjki se renforce, une branche de la famille par alliance qui a donné naissance à Tvrtko Ier (fils de Jelena Subic et Vladislav Kotromanic –1338-1391), roi de Bosnie, de Croatie, de Dalmatie, de Rascie (ancien royaume serbe), période d’extension maximale du Royaume de Bosnie à la fin du XIVe.

[6] En raison de l’alliance entre la Croatie indépendante de Pavelic et de l’Allemagne nazie pendant le seconde guerre mondiale, des sources historiques comme les politiques croates locaux avancent que les Croates étaient défavorisés (attribution de l’emploi, du logement, politique culturelle). A Mostar, tous les monuments à la gloire du communisme (hormis le monument des partisans) situés à Mostar ouest ont été détruits, les noms de rues et de place remplacés par des noms de personnages et de villes croates.

 

 

 

Source : De la violence guerrière à l'affrontement symbolique: agonisme sportif et communication interethnique dans les Balkans.

 

Par Stéphanie Rolland-Traina

 

 

Url : http://www.ijvs.org/files/Number-special-sept-2013/7_Rolland-Traina-DE-LA-VIOLENCE-GUERRIERE-A-LAFFRONTEMENT-SYMBOLIQUE-AGONISME-SPORTIF-ET-COMMUNICATION-INTERETHNIQUE-DANS-LES-BALKANS..pdf

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Mafia et football

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article