Ladislav Tomičić

Publié le 12 Février 2014

La visite de Zoran Milanović en Bosnie profite aux nationalistes 

 

Le journaliste et éditorialiste Ladislav Tomičić du journal Novi list explique en quelques mots pour le site Kontra pourquoi la visite en Bosnie du Premier ministre croate Milanović y a été mal perçue.

 

 

 

Tomičić : La visite de Zoran Milanović à Mostar est très bien résumée par une photo où l'on voit une petite cinquantaine de gens se tenant devant le bâtiment du HDZ tout en applaudissant le Premier ministre croate, un soit-disant social-démocrate. Le moment de cette visite a été fort mal choisi, elle favorisera certainement les options politiques nationalistes en Bosnie-Herzégovine pour faire dévier vers un discours nationaliste les manifestations de travailleurs et de citoyens mécontents. L'invitation faite à Milorad Dodik par le vice-président du gouvernement serbe AleksandarVučić joue le même rôle. Ainsi avons-nous eu le même jour le déplacement de Dodik à Belgrade et celui de Milanović à Mostar, ce qui n'est certainement pas de bon augure pour la Bosnie-Herzégovine. Je pense que Zoran Milanović mérite la formule que lui a concoctée la réalisatrice Jasmila Zbanic : "Rentre chez toi !" 

 

 

Kontra : Pourquoi croyez-vous que cette visite n'est pas bonne pour la Bosnie-Herzégovine ?

Tomičić : Quand la Croatie et la Serbie s'immiscent ainsi dans les affaires bosniennes, il en résulte toujours, absolument toujours, de gros dégâts. Dans les années 1990, lorsque la Serbie et la Croatie avaient agressé la Bosnie-Herzégovine, cela nous avait procuré des rivières de sang. Aujourd'hui on monte une aide pour maintenir le statu-quo, ce qui est pourtant intenable à long terme... sauf d'après nos politiciens myopes, qu'ils soient serbes ou croates.


 

Kontra : Un grand nombre de médias et d'analystes interprètent ces allées et venues comme une crainte de voir les troubles déborder la frontière. Est-ce plausible pour la Croatie ?

 

Tomičić : Si j'étais à la place de Zoran Milanović la révolte des travailleurs et des gens précarisés en Bosnie ne me laisserait pas indifférent. La situation est meilleure en Croatie, mais pas au point pour que Zoran Milanović n'ait pas à s'inquiéter d'une explosion sociale. Je pense que sa visite visait également à empêcher que cela n'arrive en Croatie. L'initiative du Premier ministre n'en est pas moins imprudente et immature. C'est la Bosnie-Herzégovine qui en pâtira le plus car cette visite va aider les nationalistes à canaliser les manifestations des travailleurs et citoyens mécontents dans le sens qui leur convient, c'est-à-dire à maintenir les gens dans des parcs nationaux d'où ils ne peuvent sortir.


 

Kontra : On dirait pourtant que ce aspect ethnique tend à s'affaiblir. Est-il possible de retenir encore longtemps les gens dans ces « parcs nationaux » ?

Tomičić : Oui bien sûr. Une fois qu'ils y sont, on travaille tout simplement à ce qu'ils y restent. Nous constatons déjà des efforts allant dans ce sens. Le HDZ BiH a appelé les Croates, si je simplifie, à ne pas croire aux manifestations. Et à Bijeljina nous avons eu droit à une contre manifestation où le nom de Ratko Mladić a été scandé. Sachant que les politiques nationales sont très proches là où la composante serbe et croate domine en Bosnie, et ailleurs aussi pour la composante bosniaque, je pense qu'il n'est guère difficile de détourner les problèmes.


 

Source : balkanikum.vefblog.net, le 12 février 2014.

Article paru à l'origine sur kontrapress.com, le 11 février 2014.

 

Rédigé par brunorosar

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article