Josip Perković

Publié le 3 Janvier 2014

1. Arrestation d'un ex-chef espion réclamé par Berlin

 

Une arrestation ce mercredi matin à Zagreb en Croatie n’est pas passée inaperçue : celle de Josip Perkovic, un ancien membre des services secrets de l’ex-Yougoslavie et ex-chef du renseignement croate. Josip Perkovic est recherché par la justice allemande pour son implication présumée dans le meurtre d’un dissident croate en Bavière en 1983.

Il s’opposera a son extradition, a dit son avocat Anto Nobilo à la radio nationale, précisant qu’un tribunal de Zagreb devrait se prononcer dans les huit jours sur l’extradition.

La Croatie a été accusée cet été de vouloir empêcher cette extradition vers l’Allemagne. Quelques jours avant de rejoindre l’Union européenne en juillet dernier, Zagreb avait voté une loi limitant la portée du mandat d’arrêt européen aux affaires postérieures à août 2002. Les crimes commis à l‘époque yougoslave (1945-1990) et durant la guerre serbo-croate (1991-1995) en auraient été exclus.

Ce dossier est allé jusqu‘à ternir les relations avec l’Allemagne, un allié traditionnel de la Croatie, dont la chancelière, Angela Merkel, a boudé les cérémonies d’adhésion du pays à l’UE.

L’affaire a entraîné des menaces de sanctions de la Commission européenne. La Croatie a finalement fait marche arrière. Le mandat d’arrêt européen est entré en vigueur ce mercredi sans la limitation controversée.

 

 

Source : euronews.com, le 1er janvier 2014.

 

 

 

 

 

 

2. Extradition d'un ex-chef des renseignements

 

 

Un tribunal croate a autorisé mercredi l'extradition vers l'Allemagne d'un ancien responsable local des services de renseignements.

 

Il s'agit de Josip Perkovic, dont le dossier avait provoqué une controverse entre Bruxelles et la Croatie, le tout dernier membre de l'Union européenne.

Réclamé par Berlin pour son implication présumée dans le meurtre en 1983 en Allemagne du dissident croate Stjepan Djurekovic, M. Perkovic peut être remis aux autorités allemandes conformément à un mandat d'arrêt européen, a déclaré à la presse une porte-parole du tribunal régional de Zagreb.

Cette décision n'est pas définitive et M. Perkovic entend faire appel auprès de la Cour suprême, a annoncé son avocat, Anto Nobilo.

Ancien membre des services secrets de l'ex-Yougoslavie et ex-chef des services de renseignements après l'indépendance de la Croatie en 1991, Josip Perkovic, 68 ans, avait été arrêté le 1er janvier, au premier jour de l'entrée en vigueur en Croatie du mandat d'arrêt européen.

 

Remise en liberté

Il a été remis en liberté deux jours plus tard, sur une décision de la justice assortie de plusieurs mesures de précaution, notamment la saisie de son passeport et de la carte d'identité.

L'Allemagne réclame aussi un autre ancien responsable des renseignements croates, Zdravko Mustac, le supérieur de M. Perkovic à l'époque des faits. Un autre tribunal décidera jeudi dans son dossier.

M. Perkovic rejette tout lien avec le meurtre de Djurekovic et affirme qu'il ne pourra pas bénéficier d'un procès équitable en Allemagne. Il affirme aussi que le délai de prescription a expiré dans son cas.

Trois jours avant de rejoindre le bloc européen, le 1er juillet 2013, la Croatie avait voté une loi limitant la portée du mandat d'arrêt européen aux affaires postérieures à août 2002.

 

Tensions

Ce dossier est allé jusqu'à ternir les relations avec l'Allemagne, un allié traditionnel de la Croatie.

Face à la menace de sanctions agitées par la Commission européenne, la Croatie a finalement décidé en octobre de revenir sur sa loi controversée.

Selon les médias locaux, les réticences de Zagreb à extrader M. Perkovic s'expliquent par le fait qu'il serait en possession d'informations pouvant être compromettantes sur nombre de personnalités croates, ce que le gouvernement a nié.

 

 

Source : 20min.ch, le 8 janvier 2014.

 

 

 

 

3. L’ancien agent secret Josip Perković a été extradé vers l’Allemagne

 


 

Josip Perković, ancien agent croate des services secrets yougoslaves (UDBA), accusé en Allemagne du meurtre d’un opposant croate en 1983, a été extradé ce vendredi. Le vol de la Lufthansa a décollé de Zagreb à 13h30 pour atteindre Munich peu avant 15h. Le refus initial de Zagreb d’extrader Perković avait provoqué une crise sérieuse entre la Croatie, l’Allemagne et l’Union européenne.


 

 
Sur le tarmac de l’aéroport de Zagreb

La procédure d’exécution du mandat d’arrêt européen a pu être lancée contre Josip Perković suite au rejet à l’unanimité par la Cour constitutionnelle de la République de Croatie de son appel, ce vendredi matin. Cet appel avait pour but de sursoir à son extradition vers l’Allemagne.

L’ancien agent de la Sécurité d’État yougoslave est accusé par la justice allemande d’avoir participé à l’assassinat de l’opposant croate Stephen Djureković, tué en 1983 à Wolfratshausen près de Munich. Arrêté au matin du 1er janvier, Josip Perković a porté plainte le 22 janvier pour violation des droits de l’homme et des libertés fondamentales garanties par la Constitution croate, en vue de retarder ou d’empêcher son extradition.

Trois jours avant son entrée dans l’UE le 1er juillet 2013, la Croatie avait adopté un nouveau texte législatif modifiant sa loi sur l’extradition : celui-ci limitait l’application du mandat d’arrêt européen sur son territoire en ne permettant pas, notamment, l’extradition pour les crimes commis avant le 7 août 2002. Cela avait provoqué des tensions non seulement avec l’Allemagne - Angela Merkel avait annulé sa présence aux festivités croates du 1er juillet - mais aussi avec Bruxelles, la Croatie encourant blâme et risquant des suspensions de fonds si elle refusait de modifier sa loi. Finalement, Zagreb avait accepté d’appliquer le mandat d’arrêt européen.

La défense de Josip Perković doit être assurée par le cabinet d’avocats Forse de Munich, dont aucun commentaire n’est attendu avant lundi.


 

Par Claire Vallet


 

Source : balkans.courriers.info, le vendredi 24 janvier 2014.

 

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Hommes politiques, #militaires et diplomates

Repost 0
Commenter cet article