Ivor Martinić

Publié le 12 Novembre 2013

Ivor Martinić

 

Ivor Martinić est né en 1984. Il a étudié la dramaturgie à l’Académie d’art dramatique de Zagreb. Depuis 2005, il travaille en tant que dramaturge pour le Théâtre pour enfants Dubrava, le théâtre Mala scena, le théâtre ITD, le Festival Eurokaz, le festival Nuits d’été de Rijeka et le Théâtre de la Jeunesse (ZKM). Il collabore souvent avec la Radio croate, dont l’unité fictions a mis en ondes presque toutes les pièces. Sa première pièce, Ici s’écrit le titre de la pièce qui nous parle d’Ante (Ovdje piše naslov drame o Anti) lui a valu le prix « Fabrique et Croatie » de l’association REZ et le prix « Mali Marulić » du Festival du drame croate pour enfants, de Split, où la pièce a été présentée en avant-première au Théâtre municipal des jeunes, en 2009. Elle a été jouée au Blue Elephant Theatre de Londres. Depuis, il a écrit deux autres textes : Le Drame à propos de Mirjana et de ceux qui l’entourent (Drama o Mirjani i ovima oko nje) et Mon fils marche juste un peu plus lentement (Moj sin samo malo sporije hoda). Ses textes sont traduits en treize langues et ont été publiés et présentés à l’occasion de lectures publiques dans autant de pays.

 

Ici s'écrit le titre de la pièce qui nous parle d'Ante

Ante fête ses douze ans. De nombreux enfants de sa classe sont venus jouer avec lui et déguster les excellents gâteaux de la voisine. Pourtant, Ante semble un peu triste... comme souvent. Il faut dire qu'un tir de rocket a tué sa mère alors qu'il n'avait qu'un an et que son père Josip se battait en d'autres lieux. Il a lui-même perdu une jambe dans l'aventure. Depuis, son père et lui vivent un amour fusionnel dans le souvenir de la morte, au point d'être incapables de s'ouvrir aux autres. Je (qui voudrait être l'amie de Josip), Ljubica (la compagne de classe d'Ante) et la voisine (qui veille sur eux parfois un peu maladroitement) ont décidé de profiter de cet anniversaire pour tenter de leur réapprendre à aimer.

Texte publié chez Lansman Editeur

 

 

Mon fils marche seulement un peu plus lentement

Le sujet central de cette pièce est la relation  passionnelle entre Mia et son fils Branko.Celui-ci souffre d’une maladie qui nécrose ses jambes  et qui l’oblige à passer ses journées dans un fauteuil roulant. Sa mère et les personnes qui l’entourent ont des difficultés à faire face à sa maladie. La pièce traite des sentiments d’abandon, de rancœur, de désarroi et de l’incapacité de surmonter nos propres préjugés face à ceux qui sont différents de nous. L’action se passe lors de la fête organisée pour le 25ème anniversaire de Branko, occasion qui met en lumière tous les problèmes de cette famille.

 

 

Rédigé par brunorosar

Publié dans #Théâtre et danse

Repost 0
Commenter cet article